janvier 2009
L Ma Me J V S D
    fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Mon téléphone se met à vibrer alors que je mets la dernière main à l’édition de l’un des journaux dont je m’occupe, et que je dois livrer aujourd’hui, avant le grand départ.
C’est un sms.
Il provient de celle qui, dans mon coeur, est un peu ma mère.
Elle n’habite pas dans le même pays que moi.
Je suis en Suisse, bientôt en France.
Elle est en Belgique, auprès de celui qui est mon deuxième père, frère du premier, trop tôt parti.

Elle m’envoie quelques mots pour me remercier pour ce blog, pour me dire qu’il m’a rapprochée d’elle et que c’est un sentiment merveilleux.
Elle me dit d’être heureuse et termine en mettant « je t’aime ».

J’étais dans article ardu, pour lequel j’avais momentanément abandonné mes cartons de déménagement.
Me voilà toute émue, à regarder mon téléphone avec le coeur tout imprégné de chaleur.

Elle s’appelle Monique.
Elle est la douceur et la gentillesse incarnées.
Elle est aussi blonde que ma mère était brune.
Leurs caractères ne se ressemblent pas.
J’ai toujours adoré son rire, son regard, cette façon qu’elle a de me serrer dans ses bras, de s’émouvoir facilement.
Elle a toujours été très belle, en dehors comme en dedans.
J’ai toujours admiré son goût, sa féminité, sa classe naturelle.
Je crois que nous avons tous dans le coeur un être à part, qui a une place, un rôle proche de celui de nos parents.
Pour moi, ce sont eux. C’est elle.
Ils arrivent à composer avec ma drôle de personnalité, mon indécrottable indépendance, mes coups de griffes, rares, mais bien là lorsque je me sens blessée.
Et ils m’acceptent, tout simplement… Je sais qu’ils sont là.

Je lui réponds, en me disant que je voudrais avoir le temps de lui écrire plus, plus longuement…
Je n’y arrive pas en ce moment, trop de choses à faire, à penser, trop d’émotions à gérer.
Mes derniers jours en Suisse, les derniers instants que j’arrive à piquer au temps, je les consacre à celui qui m’a accompagnée durant 16 ans.
Il y a tant de choses à dire, tant de sentiments à exprimer encore…

Dans trois jours, je serai sur la route.
Je suis si fatiguée que des rides ressemblant à des brûlures sont apparues sous mes yeux en une nuit.
J’ai du mal à penser, à me concentrer. Je m’efforce de mettre la dernière main à mon travail au mieux, de répondre à toutes les sollicitations, et elles sont nombreuses. De répondre à mes amis qui me demandent comment « je tiens le coup ».

Je tiens par ces petits sms qui me réchauffent le coeur, par ces témoignages d’amitié.

 

Martine Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>