janvier 2009
L M M J V S D
    Fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Catégories

La lande de la Pointe du Raz refleurit, grâce à une opération d’ampleur nationale. Reste à l’Etat de faire accepter son projet de parc marin, impopulaire auprès des capistes.

Il existe des lieux magiques qui donnent l’impression d’avoir atteint le bout du monde. La Pointe du Raz, en Bretagne, en fait partie. Cet amas de rochers s’avançant dans la mer, inspire les poètes depuis des siècles, et fait dire à l’historien Jules Michelet qu’il est « le sanctuaire du monde celtique ».
Avant 10 heures du matin, pas une âme ne fréquente le site, livré aux goélands et autres oiseaux de mer. Pas un bruit, en dehors du bouillonnement des vagues se fracassant contre les rochers.
Si la pointe se présente aujourd’hui dans son écrin de landes, ce n’est pas par hasard. Il y a dix encore, foulé par quelque 800’000 à un million de visiteurs par année, son sol était devenu désertique, lui donnant des allures de paysage lunaire. Victime de son succès et d’une fréquentation touristique non contrôlée, le site s’était gravement dégradé. Tout était alors conçu pour le confort des visiteurs, au détriment de l’environnement.
Le parking et les commerces étaient installés à quelques pas du sémaphore de la Marine Nationale marquant le début de la pointe. Des mesures urgentes et vigoureuses s’imposaient pour réhabiliter le site.
En novembre 1989, la Pointe du Raz est inscrite dans la liste des projets éligibles au programme de réhabilitation des grands sites nationaux français dégradés. Il s’agit de réorganiser le mode de fréquentation en reculant commerces et parking et en restaurant la végétation. L’opération, jusqu’ici unique en son genre, débute en 1991. Elle concerne 200 hectares englobant le Cap Sizun dont font partie les Pointes du Raz et du Van et la Baie des Trépassés.
À la Pointe du Raz, l’ancienne cité commerciale et le parking sont détruits et reconstruits huit cents mètres plus loin, invisibles depuis la pointe, et intégrés au site. Une navette gratuite emmène sur place les visiteurs qui ne souhaitent pas effectuer la promenade à pied. La lande et la pelouse littorale sont reconstituées par transplantation de mottes, projections hydrauliques de graines de graminées et épandage de produits de fauche. La fréquentation est canalisée, et des points de vue sont aménagés pour éviter le piétinement anarchique. Aujourd’hui, la Pointe du Raz a retrouvé sa lande. La démarche a demandé un important travail de la part des équipes techniques. Il a fallu informer et sensibiliser les visiteurs. La plupart respectent les nouvelles règles. Mais les responsables le déplorent: il y a toujours des personnes qui ne peuvent accepter de suivre les sentiers balisés. Malgré eux, la lande revit.


La réserve de Goulien

Espace protégé, la réserve de Goulien, au Cap Sizun, reçoit beaucoup moins de visiteurs que la Pointe du Raz. Quinze mille amoureux de la nature par an viennent ici se promener le long de la Côte Sauvage. Si l’entrée est payante, elle mérite le détour. La flore, préservée des foules, est riche. L’orseille, les lichens, le silène maritime, l’orpin d’Angleterre, le perce-pierre, les ajoncs, l’orchis bouffon, la carotte à gomme et différentes sortes de bruyères ne sont que quelques-unes des plantes à découvrir. Côté faune, le lieu regorge d’oiseaux de terre et de mer. Du site, il est possible d’observer, à la jumelle, les oiseaux nichant sur les falaises et les îlots, à l’abri des prédateurs. Le fulmar, cousin de l’albatros, y cohabite avec le pingouin torda et le guillemot de Troïl, les goélands, les cormorans huppés et de nombreuses autres espèces. Pour entretenir naturellement la lande, les responsables de la réserve y ont introduit quelques spécimens d’ovins rares, en voie de disparition: les moutons de Ouessant.
Dans ce paradis naturel, l’atmosphère n’est pourtant pas dénuée de remous. Partout, sur les murs et même sur la route, des inscriptions clament « Non au parc marin! ». Cette population de capistes au caractère bien trempé, qui a, en 1982, empêché la construction d’une centrale nucléaire dans la région, marque cette fois son opposition à un projet de parc marin en mer d’Iroise, cette partie de l’Atlantique baignant les côtes du Finistère entre les îles d’Ouessant et de Sein. Pour la population, il s’agit de contrer « les empêcheurs de pêcher en rond ». Pas question de voir sa liberté entravée.
Vérification faite, le projet de parc veut apporter un label de qualité d’envergure internationale à la mer d’Iroise qui serait reconnue comme zone pilote pour une gestion durable des ressources halieutiques. De nouvelles pratiques de pêches y seraient testées, Parallèlement, l’accent serait mis sur la préservation du littoral contre des risques de pollution des eaux côtières et sur la protection des milieux marins les plus sensibles. L’accès du public serait étudié pour empêcher la dégradation du patrimoine. Pour ce qui est des activités régionales, le projet prévoit d’accompagner les orientations d’aménagement retenues par les collectivités locales. Reste à convaincre la population que la mise en place du parc marin peut être aussi importante pour sa région que la réhabilitation de la Pointe du Raz. Réhabilitation qui, en son temps, a suscité de nombreux grincements de dents, mais dont tout le monde, aujourd’hui, semble satisfait.

Martine Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *