février 2009
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
232425262728  

Catégories

Archives quotidiennes : 11 février 2009

Parmi les caractéristiques qui rendent nos hommes passionnants, il en est une qui me ravit d’autant plus que j’en suis totalement dépourvue: le sens de l’orientation.

Exemple.
Je me trouve dans un hôtel.
Même s’il fait partie d’une chaîne ayant l’habitude de concevoir tous ses établissements d’après les mêmes plans, je suis incapable de m’y retrouver.
Y compris si j’y suis descendue à plusieurs reprises, je continue à m’égarer dans les couloirs, à me tromper d’étage, à mélanger les portes, à me retrouver dehors devant une porte close (mais pourquoi ces portes se referment-elles toujours automatiquement derrière nous sans qu’on leur ait demandé quoi que ce soit!?) alors que je voulais simplement me rendre à l’étage supérieur, à ne pas pouvoir définir où se trouve la salle de petit-déjeuner etc.
Idem si je m’aventure vers les commodités dans un restaurant.
Si je n’ai pas  été brieffée, je mets un temps infini non seulement à les trouver, mais surtout à en revenir.
Je m’y rends à chaque fois avec l’espoir que la ou les personnes qui m’accompagnent partiront  à ma recherche ou lanceront la colonne de secours s’ils ne me voient pas réapparaître au bout d’une heure…

Oui, je sais: cela relève du handicap majeur.
Ma technique est désormais imparable: je suis comme son ombre la personne qui m’accompagne.

Il m’est arrivé de me retrouver perdue seule et de nuit en plein coeur de l’Ouzbékistan, dans une ville ou personne ne comprenait un mot de français ou d’anglais et où les femmes semblaient avoir été rangées dans un placard pour la nuit.
Avoir survécu à ce genre de mésaventures permet d’appréhender la vie quotidienne en pays francophone avec une certaine sérénité.

M.B.

rotatephp.jpeg

Avant de partir, je ne résiste pas….
Avez-vous entendu parler, ces derniers jours, de cette amitié insolite née entre Koko, un gorille, et un chat, All Ball ?

L’histoire est peu banale.
Koko n’est pas un gorille comme les autres. Née le 4 juillet 1971 à San Francisco, cette femelle a appris à s’exprimer en langage des signes américain. Elle en connaît 1000 différents dont 500 couramment. Son éducation quasi humaine lui a permis de développer des comportements inconnus chez les gorilles.
Elle a notamment passé avec succès le test du miroir définissant la conscience de soi, et aime garder les animaux domestiques.

Elle adore les chats, et avait développé un lien particulier avec l’un d’eux, un manx bleu baptisé All Ball.
Mais celui-ci a été renversé par une voiture, déclenchant chez elle un chagrin très… humain.

Les spécialistes expliquent que, lorsque l’on demandait à Koko ce qu’elle pensait du chat décédé, elle répondait: « larmes ».
A la question: qu’est-il est arrivé à ton chat, elle répond : « Chat dort ». Par le passé, questionnée sur la mort des gorilles et leur ressenti à ce moment précis, Koko avait déjà exprimé qu’ils mourraient vieux ou d’ennuis (avec s!), et qu’ils « dormaient ».
En voyant une photo de All Ball, elle montrait les signes: pleurer, triste, renfrogné
Son chagrin était tel que d’autres chats lui ont été procurés et qu’elle en a choisi un pour lequel elle ressent à nouveau une amitié qui lui a redonné le goût de vivre.

Par delà l’histoire pure, se posent les grandes questions: les animaux ressentent-ils des émotions semblables aux nôtres?
Le débat est passionnant. J’ai eu l’occasion et la chance d’en parler longuement, dans le cadre de mon travail, avec des vétérinaires spécialistes reconnus du comportement animal.
Une chose est certaine: les animaux ressentent des sentiments complexes et possèdent une forme d’intelligence particulière.
Koko arrive à exprimer sa douleur par le langage des signes, à évaluer son intensité sur une palette de couleurs et à la situer sur une poupée de chiffon utilisée auprès des enfants pour expliquer le déroulement d’une opération.
Parce qu’elle permet de dresser un pont entre le monde animal et le nôtre, Koko est une star.
Réduire son existence et le travail qui est entrepris depuis des années avec elle à une vidéo de deux minutes sur Internet est réducteur.
Si vous voulez en savoir plus, allez jeter un coup d’oeil sur le site qui lui est consacré.
Sachez aussi que Koko n’est pas le seul gorille a pouvoir s’exprimer en utilisant un langage compréhensible des humains. Au même endroit, Michael, un gorille mâle, a suivi le même « cursus scolaire » et peut lui aussi utiliser le langage des signes. Il connaît moins de mots que sa compagne, mais, nettement plus jeune qu’elle, n’a pas fini d’apprendre…

http://www.koko.org/index.php

http://fr.truveo.com/Koko-le-Gorille-et-ces-amis-les-chats/id/4160440719