Disparu

J’avais écrit un texte, cette nuit, que j’avais sauvegardé avant de le diffuser ce matin.

Allez savoir pourquoi, il a disparu dans la nuit. Sans doute la sauvegarde n’a-t-elle pas été faite correctement. Dans ce texte, je parlais des conciliabules sur le petit mur qui entoure la maison dans laquelle j’habite, la longue conversation que j’ai entamée avec notre bon géant du Triangle d’Or. J’y évoquais la subtile alchimie qui permet de voyager jusqu’au coeur des autres. Simplement.

Je me suis levée, le regard toujours tourné vers l’Iran où le pays joue son avenir dans le sang.

Les hommes sont décidément capables de tout. Du meilleur comme du pire.

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.