juin 2009
L M M J V S D
« Mai   Juil »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Catégories

Catégories

Elle s’appelait Neda et est devenue, sur le Net et dans les journaux du monde entier, la « martyre de Téhéran ».
Personne ne l’ignore plus, le destin de cette jeune femme cristallise l’opposition de la population qui se dresse contre la réélection du président Ahmadinejad, en Iran.
La vidéo de sa mort a été filmée par un téléphone portable, samedi.
Neda participait à la manifestation interdite lorsqu’elle a été la cible d’un milicien et serait morte, touchée en plein coeur (d’autres disent d’une balle en pleine tête), sous les yeux de son père.
J’utilise le conditionnel, car, même si l’information fait le tour du net, elle n’est pratiquement pas vérifiable.
Et personne n’a oublié l’histoire des charniers de Timisoara, en Roumanie. Au coeur même de l’émotion qui secouait ce pays à l’époque, en 1989, la télévision roumaine annonçait la découverte d’un charnier contenant jusqu’à 70 000 corps. Information reprise par les médias du monde entier. Qui découvraient, un peu plus tard que l’histoire avait été montée de toutes pièces, avec la participation des habitants. Les journalistes, pourtant professionnels de l’info, se sont fait balader…
En matière de désinformation, il était difficile de faire pire.

Aujourd’hui donc, l’histoire de Neda fait réfléchir.
En Iran, les journalistes étrangers ne peuvent plus travailler normalement.
La vidéo montre les images insoutenables de l’agonie d’une jeune femme. Mais comment vérifier?
Qui est-elle vraiment et dans quelles circonstances a-t-elle été tuée, il est difficile de le savoir vraiment.
Elle s’appellerait Neda Soltani. Les informations les plus précises disent qu’elle aurait eu 27 ans.

Une seule chose est sûre: ce samedi, à Téhéran, plusieurs personnes ont perdu la vie( 13, dit-on, auxquelles viennent s’ajouter une centaine de blessés) pendant les manifestations, sévèrement réprimées.
Cette jeune femme est devenue une icône car elle met un visage sur la répression.
A présent que le monde peut s’identifier aux victimes, l’émotion est plus forte encore.

La mort de cette jeune femme m’a profondément touchée, bien sûr, comme tous ceux qui l’ont visionnée.
Mais ce qui me frappe plus encore, c’est le phénomène qui prend le peuple Iranien bravant tous les interdits.
Le pouvoir fait tout ce qui est en son pouvoir pour isoler la population et l’empêcher de communiquer.
Mais les Iraniens sont en colère… et les vidéos et autres informations qu’ils accumulent partent de leurs ordinateurs et de leurs portables vers le monde, via Internet en général et Twitter en particulier.
Toutes ces informations sont recueillies à l’étranger et reproduites à l’infini…
Nous assistons à un phénomène nouveau, où le pouvoir en place est dépassé par le modernisme des moyens de communication et le courage de la population.

Comment tout cela va-t-il finir?
Les spécialistes sont partagés. Les uns pensent que la révolte sera étouffée dans l’oeuf, sévèrement matée.
D’autres estiment que ce qui se passe est le prélude à un changement profond.

L’Iran est un pays tellement complexe que je ne suis pas sûre que qui que ce soit puisse présager de l’avenir avec exactitude sur ce point.

Martine Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *