juin 2009
L M M J V S D
« Mai   Juil »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Catégories

Catégories

images1.jpeg

Je regarde peu la télévision. Alain l’aime davantage que moi. Mais nous nous sommes toujours retrouvés autour d’une émission que nous aimons autant l’un que l’autre: le Grand Journal de Canal +. A mon avis la meilleure du genre. La regarder ensemble a toujours été un moment délicieux, d’intimité, d’amour et de complicité dans le rire et dans le commentaire.

J’ai déjà parlé d’Omar et Fred, le duo détonnant du programme. Ce serait injuste d’oublier l’ultra populaire Yann Barthès.
Sa cote de popularité, il la mérite largement.
Avec sa bouille toujours au bord du rire, son sens aigu de l’observation et son esprit piquant, rien ne lui échappe.
Il épingle tout le monde, connu ou pas, se faisant quelques ennemis au passage (on ne peut pas dire que Grâce de Capitani le porte vraiment en son coeur…) et mettant en joie les très nombreux fans de l’émission.

Hier soir, il a fait très fort avec un reportage un peu plus long que les autres sur Jacques Chirac.
Celui-ci se trouvait en Corrèze, au vernissage d’une exposition de céramiques chinoises, au musée qui porte son nom.
Et il s’est retrouvé sous le charme d’une jeune femme… au grand dam de son épouse Bernadette qui sait depuis longtemps que son mari est très sensible à d’autres attraits que les siens.
Il a été filmé à son insu pendant de longues minutes, tandis qu’il tentait des travaux d’approche sous la haute surveillance de sa femme qui le rappelait à l’ordre régulièrement. Le reportage était hilarant, Chirac avait beau avoir le mauvais rôle, il était attendrissant.
Ce morceau d’anthologie peut encore se voir pour l’instant dans les extraits de l’émission http://www.canalplus.fr/pid2174.htm

Se lancer dans un tel créneau est difficile. Il faut trouver LE ton juste. Ici, c’est plus que réussi.
Barthès a pris l’option de se moquer de tout et de tout le monde en se basant uniquement sur les images et sur les mots débités par les « épinglés ».
Toujours avec un ton léger et parfaitement adapté, redoutable car sans grossièreté et très drôle, il est parfois cruel, même s’il semble n’être jamais méchant.
Machiavélique…
Ce Zébulon du PAF a beau être lisse et apparemment nonchalant, il a beau avoir l’air de s’amuser prodigieusement à faire ce qu’il fait, c’est un professionnel hors pair.
Et il a, à mes yeux, un courage assez impressionnant sous son aspect innocent et juvénile.

Martine Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *