août 2009
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Catégories

Curieuse coïncidence… C’est ce 1er août, jour de la fête nationale suisse, que je reçois les documents officiels me permettant de faire ma demande de carte d’identité française. Ma double nationalité est de plus en plus concrète… Le problème, c’est que pour réaliser une carte d’identité, il faut des photos. Et j’ai horreur de cela. Prenant notre courage à six mains, Bea, Aurore et moi nous sommes rendues chez un photographe qui a réglé l’affaire en dix secondes. Seulement voilà. Désormais, en France comme en Suisse, les photos figurant sur les papiers officiels doivent être aussi avenantes que des photos anthropométriques. Il est interdit de sourire, il ne faut pas avoir de cheveux devant les yeux (pratique pour moi qui ai une frange de poney sauvage!), se tenir droite, fermer la bouche, bref, avoir l’air d’un parfait zombie. Je suis donc repartie avec mes photos ratées, me résignant à l’idée que ma carte d’identité française sera illustrée d’un portrait que je n’aurai aucun plaisir à montrer. Que j’aurais même plutôt tendance à cacher. Tsss…

En rentrant, alors qu’elle nous entraîne à l’Espace Culturel, Aurore décide de me faire un cadeau et m’offre un carnet magnifique, hautement symbolique. Il est recouvert d’enluminures… Ce joli présent me touche plus que je ne peux le dire… La délicatesse d’Aurore est un bonheur perpétuel…

Le soir avait lieu un grand événement: nous fêtions l’anniversaire de Michaël, notre voisin du bout de l’allée. Avec son épouse Brigitte, tous deux avaient bien fait les choses pour recevoir une bonne douzaine de personnes. La soirée a été  chaleureuse et amicale. Sur la demande du roi de la fête, j’ai accepté d’aller chercher ma guitare. Mes doigts sont usés de jouer, ces jours-ci… j’ai retrouvé mes automatismes, mes réflexes, mon amour de mon instrument, moi qui n’avais plus que très peu de temps pour jouer.

La deuxième partie de la soirée m’a réservé des surprises… J’ai assisté à mon premier karaoké! Si!!! Moi!!! En partant, mes amis s’inquiétaient de savoir si cela ne m’avait pas trop traumatisée! En fait, il y a une foule de choses que j’ai trouvées amusantes ou agréables. La longue conversation avec Dominique, ami de Michaël, passionné par son métier d’ambulancier urgentiste. Ou les deux danses que Rico, ami de Fred, m’a demandées, moi qui ne danse pratiquement jamais. Je n’irais pas jusquà dire que le karakoé est du grand art, mais cela m’a amusée de voir Fred, Rico, Michaël et Stéphane s’époumoner de concert et chanter plus faux les uns que les autres sur des chansons joyeusement massacrées. Plus délicates, Véro, Béa et Brigitte ont sauvé l’honneur en chantant plus en nuances. J’avais l’impression d’être propulsée sur une autre planète. Je vis ici des choses que je n’ai jamais vécues ailleurs. Etonnant!

Au milieu de la fête, mes anges gardiens veillent sur moi, l’air de rien. Fred et Stéphane sont toujours à l’écoute, toujours attentifs et me le montrent avec une tendresse désarmante. Heureusement que je les ai. Car d’un autre côté, je n’ai que le silence…

Il est 2h30 du matin. Enroulée dans un grand châle, je regarde les étoiles…

Martine Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *