Le phoque et le pêcheur

Il a dû être surpris, Matt Spark, 33 ans…
Ce jeune homme de Dorset, en Grande-Bretagne, pêchait paisiblement au bord d’une rivière lorsqu’il est tombé nez à nez avec… un phoque.
A plus de 16 kilomètres de la mer, cela étonne…
Qu’a-t-il fait?
Il a claqué des doigts, et l’animal s’est approché, est sorti de l’eau et a battu des nageoires.
Fallait-il qu’il ait faim…
Bien entendu, les spécialistes se sont penchés sur son cas.
Des phoques dans la Manche, c’est courant.
Et en rivière… je ne le pensais pas, mais cela commence à se voir également.
Le poisson et les invertébrés se font rares en mer, ce qui incite les phoques à élargir leur territoire de pêche en remontant les rivières.

Un phoque peut survivre plusieurs semaines en eau douce. Celui-ci ne craint donc rien dans l’immédiat.
Quand au pêcheur, à priori, il ne craint rien non plus.
Notez qu’il ne faut jurer de rien.
Comme dit l’un des membres de mon Triangle d’Or, il y en a qui ont croisé des pingouins et dont la vie a volé en éclats.
Ils n’en ont pas l’air, mais ce sont de redoutables prédateurs.

Martine Bernier

 

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.