La Grande Evasion ou la vache qui voulait vivre

L’histoire se passe en Croatie.
Une vachette de 15 mois, condamnée à l’abattoir s’est échappée de l’établissement ni vu ni connu.
Pendant douze jours, malgré les recherches, elle est restée introuvable, jusqu’au jour où un homme l’a repérée, broutant paisiblement.
Ce chasseur de tête version improvisée « a trouvé la vache gentille et en forme », explique l’AFP.
Il convoitait surtout les 345 euros promis par l’abattoir à celui qui retrouverait la fugueuse.
Mais celle-ci voulait vivre.
Elle a à nouveau réussi à s’échapper.
Ce qui a poussé son propriétaire à déclarer: « Comme la génisse bénéficie maintenant du soutien de tout le pays dans sa lutte pour la vie, nous avons décidé de l’épargner. Une fois attrapée, elle ira dans notre ferme, dans un pré idyllique, où la nourriture sera abondante et où elle pourra attendre ses vieux jours. Elle ne retournera jamais à l’abattoir ».

Liesse nationale ou presque.

Je ne voudrais pas faire de peine aux candides, mais je crains que, lorsque l’intérêt de la nation Croate sera retombé, l’avenir de la vache en question devienne incertain, à moins que des observateurs volontaires aillent vérifier régulièrement que les promesses des propriétaires sont bel et bien tenues.

En revanche, ce qui me frappe, c’est l’envie de vivre de cette vachette… nettement supérieure à bien d’autres.

Martine Bernier

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.