Les blessures

Il est des blessures dont on ne guérit pas.
Des blessures si profondes qu’elles ne laissent rien d’intact.
Des blessures qui vous laissent sur le bord d’un chemin avec le sentiment que le monde vous est devenu inconnu.
« Il » a tout détruit.

Vous vous taisez.
Vous faites « comme si ».
Mais le temps s’est arrêté.
Bien sûr, on me dira: il y a tant de choses autour de toi, il y a des êtres qui tiennent à toi.
Je le sais.
Mais cela ne se commande pas.
Ce que je suis est tapi au fond de moi recroquevillé dans l’angle d’un mur, comme un enfant battu.

Il est des blessures dont on ne guérit pas.

La semaine qui s’annonce me ramènera à l’hôpital, en visite chez mon chirurgien.
Les hématomes des dernières perfusions n’ont pas encore disparu que l’on va déjà fixer la date de la prochaine intervention.
J’ai vu les résultats des derniers examens, je sais ce qu’il va me dire.

Mais comment affronter les choses quand la flamme est éteinte?
Il faut faire « comme si »….
Mais on ne guérit pas.

Martine Bernier

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.