Catégories

Trempés comme des canards, les touristes ont l’oeil torve, sous la pluie florentine.
Des armées de parapluies trottinent dans les rues, se pressant vers leurs prochaines étapes, les terrasses sont désertes, les vendeurs de souvenirs font grise mine, ceux de parapluies affichent un sourire lumineux.
Pour notre part, nous partons en direction du Musée National du Bargello où nous attendent un palais médiéval doté de l’une des plus belles cours d’Italie, des collections de statues et de bronze, et des scultpures de Michel Ange.

La pluie est froide.
Très froide.
Un crochet par l’hotel me permet d’écrire ces quelques lignes et de me retrouver confrontée à  un problème identique à celui de la veille: l’impossibilité, avec un clavier italien, de poser un accent circonflexe sur une voyelle.
Hier, j’ai contourné le problème en utilisant des synonymes.
Aujourd’hui, je rends les armes.
Hotel, meme, ou coté vous seront exceptionnellement servis sans chapeaux, et j’implore le pardon de Bernard Pivot pour cette grave entorse orthographique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>