décembre 2010
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Le monde de l’art en est tout retourné, et pour cause: l’événement qui se déroule en ce moment est extraordinaire, dans le sens le plus pur du terme.
Des dizaines d’oeuvres non répertoriées de Pablo Picasso viennent d’être authentifiées.
Et ce n’est pas fini: 271 toiles signées du Maître seraient encore à examiner.
C’est ce qu’a révélé le quotidien Libération le 29 novembre dernier….
Depuis, la nouvelle fait le tour du monde.

Mais d’où sortent ces tableaux?
De nulle part ou presque, nous dit-on.
Ou plutôt d’un endroit où personne n’aurait imaginé qu’ils se trouveraient…
Tout a commencé par un courrier adressé en janvier 2010 à Claude Picasso, le fils du peintre, responsable de la Picasso Administration.
Il provenait d’un inconnu et demandait l’authentification de 26 oeuvres, photographies à l’appui, nous explique-t-on.
Personne n’en avait jamais entendu parler.
D’autres photos ont suivi, de qualité médiocre.
Finalement, un rendez-vous a été fixé en septembre avec l’auteur des lettres.
Et Claude Picasso a découvert… un couple de septuagénaires.
Lui est électricien à la retraite et a exécuté plusieurs chantiers dans les résidences du peintre, sur la Côte-d’Azur.
Avec son épouse, il a présenté 175 oeuvres, dont des collages cubistes très rares, des carnets de dessins, des esquisses….
Un véritable fond artistique, majeur pour l’histoire de l’art, estiment les spécialistes.

Le propriétaire de ce trésor a d’abord expliqué tant bien que mal le fait que ces oeuvres soient en sa possession, et pourquoi il n’a jamais révélé avoir connu le peintre qui, selon lui, lui aurait fait don de ce qu’il présente aujourd’hui.
Dans un deuxième temps, le couple est revenu sur son témoignage et a affirmé que c’est Jacqueline, la deuxième épouse du peintre qui leur en aurait fait cadeau.
Mais cette version, pas plus que la précédente, n’arrive à convaincre l’entourage de Picasso, qui souligne que ce dernier répertoriait la moindre de ses oeuvres.
Or, de celles-ci, aucune trace…

Une plainte a donc été déposée contre X pour recel.
Depuis le 5 octobre, le trésor repose dans une chambre forte de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels en attendant de rejoindre les oeuvres existantes et conservées du peintre.

Le couple, lui, garde désormais le silence.
L’histoire fascine…
Et le monde attend: quand ces oeuvres seront-elles révélées au public?

Martine Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>