décembre 2010
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Pourquoi les derniers jours de l’année sont-ils toujours aussi remplis?
Comme s’il ne fallait plus perdre de temps, profiter à fond de chaque miette de cette année qui s’en va…
Dire ce que l’on n’a pas dit, terminer l’inachevé.

La semaine se bouscule.
La frénésie d’avant Noël dans les rues de Lausanne et les retrouvailles avec quelqu’un qui m’est précieux dans un restaurant au nom prédestiné: « Le Karma ».
Un repas chaleureux et, dans la rue un moment d’amitié pure.
Un autre rendez-vous, médical celui-là, et le retour dans l’appartement où Pomme m’attend avec impatience.
Des proches habitant loin de moi (hé oui!) viennent partager un moment avec moi sur le Net.
La veille, l’après-midi m’a réservé une surprise: le retour surprise de Celui qui m’accompagne, venu passer la soirée avec moi avant de repartir à l’aube pour deux jours de travail.
Des projets naissent, des voyages se profilent…

Ce mercredi soir, l’appartement est en effervescence: mes parents de coeur arrivent.
Ils ont réussi à sortir de leur Belgique paralysée par les intempéries, et découvrent avec stupeur la neige fondue et les routes propres de la Suisse.
Les retrouvailles sont douces, joyeuses…
Il me reste à boucler une série d’interviews que je commence ce jeudi matin.
Et là, nouveau cadeau.
Je retrouve des personnes que j’ai souvent eu à rencontrer tout au long de ces dernières années.
Lorsque, pendant longtemps, vous partagez des moments professionnels importants avec quelqu’un, que vous avez vécu des interviews fortes, que vous êtes restée fidèle à leur message en écrivant vos articles, un lien de confiance se tisse.
Et la relation devient privilégiée.
Je le réalise une fois encore en ce matin où l’échange est particulier.
L’après-midi se déroule.
J’écris…
Celui qui m’accompagne revient le soir, la soirée se déroule comme je les aime, avec ceux auxquels je tiens, dans la tendresse.
Bruno n’a pas besoin de faire d’effets de manche pour plaire.
Il lui suffit d’être lui-même.
Il est 23 heures.
Il est adopté par ma famille.

Martine Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>