mars 2011
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories

Ils se sont mariés quelques années avant ma naissance, faisaient partie de ma famille.
Je les ai toujours connus.
Marthe était une grande et belle femme, tendre et sensible, avec des yeux étonnants, couleur myosotis.
René était plus petit qu’elle, toujours souriant, curieux de tout, pétri d’humour et de joie de vivre.
Il me disait d’elle en riant: « Comment voulais-tu que je résiste? Elle a les plus beaux yeux du monde! »
Ces deux-là s’adoraient.
Ils étaient complices, heureux de vivre.
Pendant des années, je les ai vus très régulièrement.
Ils avaient ce petit quelque chose qui rend certaines personnes plus sympathiques que d’autres.
Ils n’étaient pas imbus d’eux-mêmes, prétentieux ou pédants.
Ils étaient francs, honnêtes, tout en gentillesse, en drôlerie, s’impliquaient réellement auprès des autres.
Leurs révoltes étaient honnêtes, leurs enthousiasmes pleins de fraîcheur.
Tout en élevant leur fille, ils étaient tournés vers les autres.
Ils s’aimaient, ne pouvaient vivre l’un sans l’autre.
René ne pouvait se passer de Marthe, pas plus que Marthe ne pouvait se passer de René.
Ils n’en faisaient pas un plat.
Cela se voyait, simplement.
Toute leur vie, ils ont été fidèles, attentifs l’un à l’autre, heureux d’être ensemble.

Et puis un jour, j’ai appris que Marthe était atteinte par une de ces maladies dont on ne guérit pas facilement.
Elle est partie, laissant René dans un désespoir sans nom.
Au fond de ses yeux, la flamme qui pétillait s’est éteinte.
Nous nous sommes téléphoné plusieurs fois ensuite.
Il était pudique, digne.
Mais infiniment triste, perdu.
Il n’avait plus envie de rien, ne s’intéressait plus à la vie de ce monde qui l’avait passionné.
Un jour, j’ai appris qu’il avait été retrouvé, sans vie, dans l’appartement où ils avaient vécu leur bonheur.
Personne n’a pu me dire ce qui s’était passé.
J’ai juste présumé.
Il n’était pas malade…

Aujourd’hui, ils restent pour moi l’image du couple idéal.
J’aime les imaginer réunis.

Ils sont rentrés dans cet ailleurs floconneux et mystérieux où j’espère que René a retrouvé le sourire de la femme qui avait les plus beaux yeux du monde…
Je pense souvent à eux.

Martine Bernier

JL dit :

Magnifique texte, j’en ai la gorge nouée…

bruno dit :

Je ne rêve pas encore ces temps d’ombres et de lumière, mais je veux voir dans ma belle cette Marthe aux yeux clairs. J’aime ses yeux, ils sont beaux et lorsqu’ils me regardent ; me donnent une allure que je ne me connaissais pas………

Dominique Rougier dit :

Très bel hommage et tu vois Martine ,tu as fait le bon choix ! Plus besoin de la vue sur le lac ,les yeux dans les yeux aimés,c’est tellement mieux. :) )

Eleusis dit :

Que c’est beau, on aurait eu envie de les connaître. Et quel beau commentaire de Bruno. Superbe moment sur le blog

ecriplume dit :

Ce couple et le sentiment si particulier qui existait entre eux ne touchent pas que moi. Je suis heureuse que des années après leur départ, ils continuent à susciter la sympathie.
Bruno… Les actes de ta vie comme les mots que tu as choisis pour ton commentaire me prouvent que tu es bien Celui que je crois…
Et oui, Dominique, j’ai beaucoup moins besoin du Lac…

Monique dit :

Comme c’est étrange…je dois avoir rencontré Marthe et René tout au plus deux
fois, il y a des années et, en lisant ton blog, il me semble que c’était la semaine
dernière, tellement tu en parles avec justesse et amour et c’est exactement le
souvenir que j’ai gardé de ces éternels amoureux. Il n’y a que toi pour parler
aussi chaleureusement de ceux que tu aimes. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>