Catégories

Sur le Net, certains joueur prennent Artistote en référence.
J’imagine que ce bel esprit, né en Macédoine en 385 environ avant Jésus-Christ, serait amusé d’assister à cela.
Ou peut-être agacé, allez savoir…

Comme le souhaitait sans doute son père Nicomaque, médecin du roi Amyntas III de MAcédoine (mais si vous le connaissez: il était le grand-père d’Alexandre dit Le Grand), le jeune Aristote a suivi ses études à Athènes, devenant l’un des plus brillant disciples de Platon.
Chez lui, tout est atypique.
Il est handicapé par un zézaiement, porte les cheveux courts, des habits voyants, des bagues, revendique son hétérosexualité à une époque où l’homosexualité était culturellement appréciée.
Et puis, surtout… il possède un esprit très indépendant et s’éloigne peu à peu de Platon qu’il commence par admirer avant de le critiquer.
Pourquoi un tel revirement?
Parce que Platon estime que l’origine de la connaissance ne peut provenir que de la réminiscence des idées que notre âme a connue avant le traumatisme de la naissance, tandis qu’Aristote pense qu’elle n’est envisageable qu’à travers les sens et l’expérience.
Pas d’accord donc…
Et c’est sans doute ce qui conduira Platon à désigner son neveu Speusippe pour reprendre sa suite à la direction de l’Académie plutôt que de désigner Aristote.
Ce dernier est déçu… mais en 343, Aristote devient précepteur du futur Alexandre Le Grand.
Il va s’intéresser à la politique, à la démocratie.
Et lorsque son élève deviendra conquérant, il lui fera clairement comprendre sa désapprobation.
Lorsqu’Alexandre montera sur le trône à la mort de son père, Aristote s’en va.
Une fois encore, il rebondit en fondant Le Lycée, treize ans plus tard, université populaire totalement novatrice.
Il y enseigne en marchant à ses élèves, ce qui leur vaut l’appellation de péripatéticiens (du grec peripateîn « se promener »).
Chacun doit explorer des domaines nouveaux: la physique, l’éthique, les mathématiques, la médecine, la cosmologie, la botanique (qu’inventa Théophraste).
Pour la première fois, joignant leurs savoirs, les chercheurs créent un inventaire encyclopédique du monde vivant.

Aristote était courageux.
Fidèle à ses idées, il fuyait les compromis.
Pourtant, en 323, il est accusé d’espionnage et d’impiété.
Il est contrait de fuir Athènes pour se réfugier dans l’île d’Eubée.
Il y mourra un an plus tard.
Mais son esprit sert toujours d’exemple.
Je vous livre deux de ses citations que j’aime particulièrement:

« Les hommes, et il ne faut pas s’en étonner, paraissent concevoir le bien et le bonheur d’après la vie qu’ils mènent. »
» La fin de la Politique sera le bien proprement humain. »

J’ai rencontré Aristote au tout début de mon adolescence.
Comme quelques autres, il continue à m’accompagner.
Et je n’ai pas fini de méditer ses pensées…

Martine Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>