Catégories

Un page se tourne, donc, avec l’annonce de Laurent Ruquier expliquant qu’il a mis un terme à sa collaboration avec Eric Zemmour et Eric Naulleau.
Certains s’en réjouissent, notamment ceux qui se sont fait intellectuellement lapider par le duo.
Pour ma part, mais quelle importance… je regrette  leur départ, même s’ils étaient souvent injustes et agaçants.
Autre nouvelle issue de la télévision: Nicolas Bedos a signé sa dernière chronique dans l’émission de Franz-Olivier Griesbert, « La Semaine Critique ».
L’émission passe à la trappe, et Nicolas Bedos, invité vendredi soir chez Ruquier, s’est fait malmener un peu stupidement par un Eric Naulleau boudeur dont ce n’était pas la meilleure prestation.

Alors?
Alors, la télévision est une machine à encenser et à broyer, tout le monde le sait.
Les seigneurs d’un jour sont les victimes de demain, éphémères monarques détrônés…
Dommage dans ce cas-ci: il arrivait souvent au duo de critiques de provoquer la réflexion.
J’ai l’espoir de les retrouver ailleurs, de profiter encore de leur culture, de leur esprit.
L’espoir aussi de continuer à suivre Nicolas Bedos.
Mais, allez savoir pourquoi: j’ai moins d’inquiétude pour lui que pour Zemmour et Naulleau.

Martine Bernier

JC dit :

Ah bon, ils sont renvoyés ? Je ne savais pas. Dommage, finalement, c’est vrai. Mais je suis surpris, je les pensais indétrônables.

ecriplume dit :

De tout temps, les rois se sont lassés de leurs bouffons comme les hommes se lassent de leurs jouets. J’imagine qu’en prime, L. Ruquier n’était pas à l’abri des pressions des mécontents…

Lui dit :

Je connaissais l’arroseur arrosé, maintenant je découvre les censeurs censurés…. Y a de la suite dans l’histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>