Catégories

J’ai tendance à être matinale.
Ce dimanche matin, à pas de loup, tandis que Celui qui m’accompagne tentait de récupérer ses heures de sommeil en retard, j’ai expliqué à Pomme que nous allions procéder à son toilettage mensuel.
Sa petite bouille ronde est à nouveau totalement hirsute: il était temps de lui redonner la possibilité de voir ce qui se passe autour d’elle.
Les séances de toilettage maison ne se déroule pas exactement comme celles « officielles » des salons reconnus.
Première étape: préparation du matériel.
Ciseaux, brosse à poils mi-durs, peigne, brosse spécial chien, récompense, sac poubelle, et frontline pour terminer la séance en appliquant le produit anti parasites.
Ensuite, je m’installe dans… un confortable fauteuil.
Oui, je sais, ce n’est pas sérieux.
C’est ainsi.
Troisième étape: je donne le signal.

– Pomme? Hop!

Mon bichon qui, comme d’habitude, me suit pas à pas, connait l’indication.
Elle sait que, dans notre langage, « hop » veut dire: veux-tu bien avoir la bonté de venir sur mes genoux pour que nous puissions avoir un entretien privé?
Un bond gracieux de gazelle de poche et voilà la demoiselle installée sur mes genoux, me regardant à travers un rideau de poils, d’un air interrogateur.
Je lui retire son collier et commence l’opération en lui offrant une récompense, histoire de la mettre de bonne humeur.
Puis je sors la brosse et je commence le toilettage.
Comme de bien entendu, elle n’apprécie pas.
Mais elle reste stoïque, se contentant de se détourner dès que la séance l’agace trop.
Vient le moment délicat d’égaliser « sa frange ».
Dès qu’elle voit que je veux saisir les poils qui lui couvrent les yeux, elle tire la tête en arrière, ouvrant la gueule toute grande comme si elle voulait avaler la paire de ciseaux.
Après quelques tentatives infructueuses, j’attrape mon Mogwaï et le prend dans le creux de mon bras, comme un bébé.
Elle adore cela, se laisse aller et me regarde attentivement.
Elle sait que c’est la position des conversations intimes.

– Pomme Première du Nom, écoute. Tu m’agaces. Tu dois te laisser faire ou je risque de te blesser. Et il n’est pas question que je te laisse filer sans avoir fait ce que je dois faire. Tu as compris?

Elle me contemple gravement.
Mon visage est à quelques centimètres du sien.
Et là…
Cette petite boule de poils parfaitement craquante au solide caractère lève sa patte avant gauche et… la pose sur ma bouche.
Cela peut vouloir dire trois choses:
– Soit c’est un geste réflexe
– Soit les sons qui sortent de ma bouche l’intriguent
– Soit elle me dit à sa façon: « Tais-toi, tu m’énerves. »

Comme de bien entendu, j’ai fondu.
Au sens figuré du terme, malheureusement.
Je l’ai regardée trois secondes et je lui ai fait le câlin du siècle.
Elle, elle riait aux éclats, me tapant sur la tête pour que je cesse de la chatouiller.
Quand ce moment de complicité a été terminé, je l’ai remise en position normale.

– Bon, on peut y aller, maintenant?

Elle n’a plus bougé une oreille.

Martine Bernier

Anonyme dit :

Brave Pomme,tu doit être jolie,Dandy est passé par là,on ne voyais plus ses yeux.On attend ta photo,gros calins à toi.Bisous à ta maitresse*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *