Catégories

1070franzoliviergiesbertb.jpg
Quand Franz-Olivier Giesbert écrit une biographie, il n’est pas tendre.
Ce n’est d’ailleurs pas sa vocation, lui qui s’applique à rendre la réalité des faits… à travers le filtre de sa sensibilité.
Le livre qu’il a consacré à Nicolas Sakozy, « M. Le Président, Scènes de la vie politique 2005 — 2011), est à la fois réussi et dur.
Réussi parce qu’il se lit comme un roman.
Rien ne semble lui échapper, et surtout pas les travers du président.
Dur, justement, parce qu’il passe en revue, très méthodiquement, tout ce qui fait de Sarkozy un personnage controversé, raillé, parfois insupportable, caricatural.
En contrepartie, honnête, Giesbert fait également l’inventaire de ses qualités, de ses réussites, explique l’enfance mal vécue de ce président qui a un énorme besoin d’être aimé et reconnu.

Le livre est dérangeant, mais captivant.
Et puis, il y a la fin.
Un épilogue qui, pour moi, est la meilleure partie de l’ouvrage
Une réflexion sur la difficulté du travail de biographe et le récit d’un entretien entre les deux hommes, dans lequel Nicolas Sarkozy se livre.

Touchant.

Et puis… ces dernières phrases de l’auteur, lapidaires:

« Parfois il faut cinquante ans pour faire un homme. Parfois soixante
Nicolas Sarkosy n’est plus tout à fait le même.
Il a peut-être enfin commencé à se trouver.
Il est fait ; il est fini. »

Martine Bernier

« M. Le Président, scènes de la vie politique 2005 — 2011″, Franz-Olivier Giesbert, Editions de Noyelles. Disponible désormais aux Editions France Loisirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>