Catégories

ornanslemuseecourbet1.jpgcourbet1.jpg

Lorsque vous sillonnez la région du Doubs, partout, des panneaux de signalisation vous indiquent que vous vous trouvez dans le pays du peintre Courbet.
Cette région était la sienne, il en revendiquait son appartenance, en a peint les cours d’eau, les rochers, les paysages.
Il y était chez lui.
Il était logique de voir le département rendre hommage à son artiste en lui dédiant un musée.

Le nouveau musée Courbet d’Ornans, entièrement repensé et rénové, a été inauguré le 2 juillet 2011.
Autant le dire d’entrée: c’est une réussite.
Comment ne pas aimer cette demeure belle et lumineuse perchée au bord de l’eau?
Gustave Courbet y est né, dans cette maison Borel aujourd’hui transformée en musée.
Le lieu a été respecté, et ses volumes font merveille pour accueillir les oeuvres et les expositions permanentes ou temporaires.
Le concept architectural est remarquable: le musée s’ouvre sur son environnement, avec de larges baies vitrées donnant sur la Loue et sur la ville d’Ornans que Courbet a tant aimé.
La notion de transparence est essentielle sur le site, ce qui rend la visite légère et claire.

Le public a répondu présent: le musée est très fréquenté, et les visiteurs y sont accueillis chaleuresement..
Y compris par les gardiens de salles qui vous saluent lorsque vous entrez, détails suffisamment rare pour être souligné!
Les expositions sont didactiques et modernes, intéressantes.
On y découvre la vie de Courbet, son travail, les causes qu’il a défendues et qui l’ont amené à se réfugier en Suisse où il a passé une grande partie de son existence et où il est décédé.
Actuellement sont présentées jusqu’au 3 octobre, les oeuvres croisées de Courbet et de Clésinger, sculpteur et ami du peintre. Les femmes nues de Clésinger se retrouvent dans la peinture de Courbet pour un mariage voluptueux à ne pas manquer.

A la sortie du musée, profitez du jardin, puis de la cafétéria d’été, au bord de l’eau.
La terrasse donne envie de s’attarder, en regardant les canards se laisser glisser au fil de la Loue, puis de poursuivre la visite de cette ville délicieuse, véritable Venise comtoise.

La statue du « Pêcheurs de chavots » que Courbet a offert à Ornans pour orner la fontaine de la place des Iles-Basses est à découvrir, malheureusement mutilé, dans le musée.
Mais sa réplique contemporaine est toujours sur la place.
A l’époque, l’original, dans sa première version, avait fait scandale car l’enfant représenté était entièrement nu, ce qui avait illico engendré une pétition demandant son retrait, sans résultat.
La participation de Courbet aux événements de la Commune a provoqué la vengeance de ses détracters: la statue a alors été mutilée et retirée par la municipalité locale qui tenait à souligner par ce geste sa désapprobation face à l’engagement politique du peintre.

Pour les amateurs d’art, vous pouvez encore visiter les expositions temporaires à la ferme Courbet de Flagey ou, dans l’avenir, le dernier atelier de l’artiste à Ornans (pas encore ouvert).
Enfin, les marcheurs peuvent suivre les sentiers de Courbet, des itinéraires aménagés qui parcourent les lieux d’inspiration du peintre.

Gustave Courbet a été un peintre majeur.
Aujourd’hui, le projet « Pays de Courbet, pays d’artiste » est une démarche intelligente d’un département qui a su mettre en valeur son patrimoine à travers l’oeuvre et la vie de l’un de ses plus grands peintres.

Martine Bernier

www.musee-courbet.fr

 

 

feravec dit :

Cela donne vraiment envie d’aller y faire un tour !
Il ne semble pas, cependant, qu’on ait mis en évidence le rôle politique de ce grand idéaliste révolutionnaire qui fut parmi les communards les plus notoires… heureusement, aujourd’hui, les censures imbéciles de facebook, soulignent à nouveau son rôle progressiste, son goût de la transgression, de la liberté et sa modernité !

ecriplume dit :

Si, si, le rôle qu’il a joué dans la Commune est souligné dans le musée. Je n’avais pas vraiment la place pour le développer ici, mais c’est passionnant. Quant à la censure de « L’Origine du Monde » sur facebook, cela dénote aussi le manque de culture de censeurs en question… Courbet doit rire dans sa barbe!

TH* dit :

Envie de faire une visite prochainement,après ce beau récit.On peut dire incroyable FRANCHE-COMTE !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>