septembre 2011
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Catégories

images.jpeg

Une fois n’est pas coutume, je vous emmène ce soir sur les traces d’un animal.
Voici quelques semaines, je me suis retrouvée dans le Haut Valais (la partie du canton où l’on parle allemand), pour un article qui m’a ravie.
Une incursion dans le monde rare du mouton Nez Noir du Valais.

Avec leur laine ondulée longue d’une vingtaine de centimètres, leurs cornes torsadées, leur nez, leurs oreilles et leurs bottes noirs, ils ressemblent à de grandes peluches pour enfants.
Pourtant, pour les éleveurs propriétaires de Nez Noirs leur mouton n’est pas un jouet mais bien un trésor qu’ils entourent de tous les soins possibles.
Pourquoi? Parce que cette race typiquement valaisanne est symbolique de l’identité de la région.
L’élever n’est pas rentable, mais c’est une fierté pour ceux qui la possèdent
Ces moutons de montagne, courts sur pattes et agiles, sont faits pour vivre en altitude où ils entretiennent les pâturages depuis des siècles.
De mai à octobre, ils paissent sur des alpages situés souvent à plus de 2000 mètres. Leur laine les rend sensibles à la chaleur, raison pour laquelle leur rythme de vie est très particulier.

Mentionnés pour la première fois au XVe siècle dans le Haut Valais, les Nez Noirs sont l’une des trois races autochtones du Valais avec la vache d’Herens et la chèvre Col Noir.
Avec 13’700 purs Nez Noirs recensés, la race n’est pas en voie de disparition.
Mais les éleveurs restent prudents.
Dans les années 1940-1950, le cheptel a considérablement diminué, touché par une maladie.
Aujourd’hui, même si la race n’est pas très répandue, elle se porte bien.
Seul souci majeur, selon les éleveurs: le loup.
De nombreuses pertes ont été déplorées dans le Haut Valais.
Or, lorsqu’il s’agit d’une race rare… lorsque vous perdez entre dix et quinze bêtes par été, c’est, pour eux, une véritable catastrophe.
Vous ne pouvez pas les remplacer en allant en acheter ailleurs. »

Rustique, solide, le Nez Noir est peu farouche, calme, familier.
Son caractère et sa beauté cimentent l’attachement que lui porte les éleveurs.
Raison pour laquelle ceux-ci ne ménagent pas leurs efforts pour faire connaître leurs animaux, notamment lors d’expositions organisées à Viège (VS) par la fédération d’élevage du mouton Nez Noir.
L’une, en février, n’est ouverte qu’aux brebis inscrites au « herd-book », le registre généalogique de la race. C’est au cours de ce concours qu’est élue la brebis « Miss Viège ».
Le marché-concours d’exposition des béliers du mois de mars permet, lui de soumettre annuellement 600 béliers à l’appréciation des experts.
Une Miss chez les brebis… mignon, non?

Martine Bernier

Noelly dit :

Bonjour je souhaiterais savoir combien s’achète le Kilo de laine de
» Brebis Nez Noir  » .

Merci , sincères salutations

ecriplume dit :

Bonjour,
Je suis désolée, mais je ne possède pas ce renseignement. Je vous conseille de prendre contact avec un éleveur. Notamment Monsieur Urban Eyer, à Ried-Brig, ex président de la fédération d’élevage du mouton Nez Noir du Valais

francis dit :

Bonjour, je cherche une agnelle ou jeune brebis pure race, avec ou sans papier.. merci de transmettre.

ecriplume dit :

Je suis navrée de ne pouvoir donner suite à votre demande. je vous conseille de prendre contact avec la personne dont je parle dans la réponse précédente, ou de consulter les annonces du journal Terre & Nature. Bonne recherche!

2 réponses à Nez-Noirs du Valais: des moutons au look peluches

  • Pour répondre à la personne qui demande le prix de la laine, comme pour toutes les races, il ne faut pas acheter cher, je m’explique, la laine peut etre inutilisable, si salie par des poussières de foin, ou autres, si la brebis n’est pas bien tenue, tondue trop peu souvent, (vue la pousse de cette laine, elle doit etre tondue deux fois l’an, rare sont les éleveurs qui le font, (trop peu rentalble); Donc, la laine, je vous conseille de vous entendre en faisant du troc avec la personne, ne pas faire entrer d’argent entre vous et l’éleveur, le rapport ensuite, n’en sera que meilleur. L’argent pervertit bien des choses dans notre société, et quand on travaille pour la préservation du patrimoine on doit etre ouvert, humain, chercher avant tout le plaisir de l’échange .
    Choisir une toison? l’utilisatrice doit choisir elle meme au moins la première fois, et expliquer à l’éleveur comment lui choisir la prochaine fois. vous pouvez me joindre, je vous répondrais en privé, sans soucis. je n’habite pas en Suisse, mais dans le sud ouest, et je ne connais pas cette laine, j’aimerais bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>