novembre 2011
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Catégories

Archives quotidiennes : 2 novembre 2011

Lorsque Celui qui m’accompagne est entré dans ma vie, voilà plus d’un an, il a tout de suite exprimé clairement ce qu’il pensait.
Dès qu’il a vu que notre relation était solide, il a exprimé son désir d’avenir commun.
Du premier jour jusqu’à aujourd’hui, il a tracé une ligne droite et ne s’en est jamais éloigné.
J’ai découvert un homme plein de fantaisie, mais aussi clair, honnête, attentif, et…. organisé!
En bon militaire capable de prendre en mains l’organisation quotidienne d’un bataillon entier, il a constitué mentalement un plan de manoeuvre auquel il s’est tenu… en arrondissant les angles pour ne pas m’effrayer.
Et en m’affirmant que « non, non, je n’ai pas gardé de séquelles de ma carrière militaire! »
Durant tous ces mois, j’ai souvent entendu la phrase: « Une chose après l’autre, nous allons y arriver. »
Il avait raison.

La première étape était de trouver du travail en Suisse, ce qu’il a fait.
Parallèlement, il a visité avec moi des appartements adaptés à nos envies, et m’a déménagée en s’arrangeant pour que je vive ce nouveau changement sans fatigue excessive.
Là aussi: mission accomplie.
Troisième étape: transformer ce nouveau nid en nid plus que douillet.
Il a donc passé le printemps et l’été à embellir et fleurir les lieux et à tout mettre en oeuvre pour que chacun de mes désirs soit comblé.

Quatrième étape: il a entrepris de suivre le fil de sa nouvelle formation professionnelle tout en annonçant son congé de son poste actuel, puis a commencé tranquillement son déménagement.
Cinquième étape: il a quasi terminé ledit déménagement ce mardi.

Parti de Suisse à 3 heures du matin pour une journée de travail, il est revenu le soir même, profitant de la journée fériée du 1er novembre.
Je l’ai vu revenir à bord d’une camionnette remplie à ras bord de ses affaires.
Inutile de préciser que cette journée de repos a été pour lui des plus actives…
Mais mon géant a une énergie débordante, demandant juste l’aide d’Eric, toujours présent dans les bons et les mauvais moments.
Cette fois, il s’agissait de monter… le frigo.

Hier donc, en début d’après-midi, la camionnette était vidée et le frigo prenait place dans la cuisine.
Une installation qui a été immédiatement suivie par une parole d’homme qui mériterait de figurer dans les meilleurs dialogues de film…
Regardant son oeuvre d’un air ravi, Celui qui m’accompagne a ensuite posé son regard sur moi, m’a gratifiée d’un large sourire, et a dit:
« Voilà! Maintenant, j’habite ici: mon frigo est là! »

Nous sommes partis dans un fou rire…

Ne reste plus maintenant qu’attendre la cinquième étape: l’installation définitive, dans à peine plus d’une semaine.
Après avoir passé sa vie en kaki, il a décidé de mettre d’autres couleurs dans son existence.
Une gamme nettement plus pastel.
Le bivouac du début se transforme en camp permanent.
Durant ces mois d’effort, je l’ai souvent vu les yeux très cernés, mais jamais il ne s’est plaint de rien.
Il a forcé mon admiration…
Rien n’est plus précieux qu’un homme fiable.

Martine Bernier