novembre 2011
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Catégories

Cette fin de semaine fut épique.
Vendredi, en fin de journée, après un reportage passionnant, je me suis retrouvée avec un doigt cassé après un petit accident.
Ce n’est pas la première fois que cela m’arrive et ce n’est sûrement pas la dernière.
Pas de panique, donc: ma main a renoué avec le chemin de l’attelle.
Pas question pour autant de renoncer à rendre mon article dans les temps.
Samedi matin, je me remettais au clavier.
Seulement voilà.
Max, mon ordinateur, avait apparemment décidé qu’il ne travaillerait pas ce week-end.
Entre Max et moi, c’est une histoire d’amour.
C’est avec Pomme et lui que je passe le plus clair de mon temps.
Quand il me fait un malaise, je passe donc tout mon temps à son chevet.

Cette fois, son problème était un peu bizarre.
En bref: plus rien ne fonctionnait, dans aucun programme.
Il ne répondait plus aux ordres que je lui donnais, vivant sa vie à sa guise, m’interdisant d’accéder à quoi que ce soit, déplaçant le curseur contre mon gré, bloquant les programmes et j’en passe.
Devant cette rébellion totale, j’ai commencé par passer par l’utilitaire de disque pour lui remettre les idées en place.
Aussi utile qu’un emplâtre sur une jambe de bois…
J’ai donc pris l’option de passer par les grands moyens en partant depuis le disque racine pour réparer les autorisations du disque.
En général, pas un Mac ne résiste à ce traitement radical.
En fait… aucun Mac ne DEVRAIT résister.
Max si.

En réalisant que mon article n’avançait pas et que ce traître d’ordi ne daignait pas consentir à me laisser travailler, j’ai un peu perdu patience.
Entendant mon désarroi, Celui qui m’accompagne m’a rejointe dans mon bureau.
- Mais qu’est-ce qui ne va pas?
- Tout! Il est devenu complètement fou. Je te montre un tout petit exemple. Regarde, je mets mon texte en surbrillance pour pouvoir utiliser l’outil statistiques. Mais dès que je lâche le bloc de texte, il abandonne la surbrillance. Et il fait cela pour tout! Il navigue tout seul dans les menus, les programmes disjonctent… la totale!

Les sourcils froncés, mon compagnon a pris la souris, a répété la manoeuvre que je venais de réaliser en vain une bonne trentaine de fois et… a réussi.
Il a reproduit la démonstration plusieurs fois, sans souci.
Reprenant la souris, j’ai refait à mon tour l’opération et… rien!

Je travaille sur cet ordinateur du matin au soir.
Il est donc exclu pour moi d’entendre que je ne fais pas bien le geste.
Il y avait autre chose.
J’ai réfléchi et… j’ai compris.

Sans perdre une seconde, j’ai retiré le bandage et l’attelle qui immobilisent mon doigt.
J’ai recommencé la manoeuvre.
Sans problème.
Comme par enchantement, mon ordinateur avait retrouvé sa sérénité, ne présentait plus aucun symptôme de folie.
L’attelle est composée d’un morceau de métal qui créait des interférences avec la souris à reconnaissance optique.

Moralité, pour que je puisse travailler en paix, il faut délicatement immobiliser une partie de ma main dans un bandage serré, et ne retrouver mon attelle que lorsque je m’éloigne de Max.
Entre mon doigt et mon ordi, il faut choisir!

Si quelqu’un me l’avait dit un jour… je ne l’aurais pas cru.

Martine Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>