janvier 2012
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Catégories

Celui qui m’accompagne était parti depuis cinq minutes avec Pomme lorsque mon téléphone portable a sonné.
Son nom s’est affiché.
J’ai décroché et j’ai entendu sa voix, plus lente et plus grave que d’habitude:

- Allo… Ici Belphégor. Nous avons enlevé votre chien. Il vous sera rendu contre rançon. Elle devra nous être remise ce soir, au cinéma Cosmopolis, à 20h45.

J’ai éclaté de rire.
Une façon bien à lui de me rappeler que, le soir, j’avais accepté d’aller voir « Millenium ».
(Un film au scénario horrible mais solide, bien joué, mais qui, comme tous les films de ce genre, m’a mise mal à l’aise.)

Belphégor…
Pour ceux qui n’ont jamais entendu parler du « Fantôme du Louvre », cela n’évoque pas grand-chose.
Pour les autres, l’inquiétante silhouette noire au masque indéchiffrable  est inoubliable.
Je parle du feuilleton que diffusait l’ORTF en 1965, pas du film qui en a été fait ensuite.
Sans doute a-t-on tendance à embellir ou mystifier certains éléments de notre passé.
Belphégor fait partie de ce mythe.

J’ai récupéré Pomme un peu plus tard, joyeuse et bondissante.
Et le soir, en regardant « Millenium », je me suis surprise à penser qu’en 1965, il n’était pas nécessaire de torturer des femmes sur l’écran pour instaurer un suspense qui a tenu en haleine  tous ceux qui possédaient une télévision.
Oui, je sais, les deux époques ne sont pas comparables.
Mais quand même!

Martine Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>