avril 2012
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Catégories

Archives quotidiennes : 9 avril 2012

Un anniversaire marathon, à fêter en plusieurs épisodes, c’est ce que me réservent mes proches cette année.
Une attention d’autant plus touchante que cet anniversaire ne marque pourtant pas un chiffre rond.

La première étape se déroulait en ce dimanche de Pâques, à Evian où Jee, notre Fleur d’Asie, nous conviaient dans un restaurant tenu par un jeune chef.
Un repas joyeux où nous retrouvions à cinq, avec un petit Kim plus craquant que jamais.
J’aime ces moments où chacun parle de ses projets, de ses rêves, de son quotidien.
Et je continue à être impressionnée devant la force de caractère et le courage de Jee, femme de son temps cumulant tous les rôles à la fois, en faisant fi de la barrière de la langue qu’elle surmonte allègrement.
Elle trouve sa place dans la société française avec aisance, travaille, assume merveilleusement son rôle de mère et continue à progresser en français sans complexe. 
Une personnalité lumineuse et fraîche…

Après le repas, j’avais envie de voir l’exposition du Palais Lumière d’Evian, consacrée à Charlie Chaplin « Images d’un mythe ».
J’avais déjà eu l’occasion de découvrir Charlie Chaplin dans sa vie privée grâce à son fils, le délicieux Eugène, avec lequel j’ai eu la chance de travailler.
Ici, la démarche était différente.
Beaucoup de monde se pressait dans les galeries où étaient exposées des images de Charlot, l’un de ses costumes de tournage, des  affiches et une foule de documents permettant au public de pénétrer dans l’univers du génial acteur.
Une chose m’a particulièrement touchée.
Un peu partout à travers l’exposition avaient été disposés des écrans et des télévisions projetant des extraits de films tirés de la filmographie de Charlie Chaplin.
Debout, assis par terre ou sur des sièges, les gens riaient… 
Même Kim, petit bout de cinq ans, s’est amusé de certaines scènes des « Temps Modernes » qui, cent ans après leur création, déclenchent encore l’hilarité du public.
Jee, sa maman, ne connaissait pas Charlot, inconnu en Thaïlande.
Elle aussi a été sensible à cet humour délicat, à l’émotion de son personnage.
Notamment devant ma scène préférée, celle de la danse des petits pains, indémodable.
Le cinéma muet, et les films de Charlot en particulier avaient ceci de particulier qu’ils étaient accessibles à tous, quel que soit l’âge ou la langue.
 
J’ai adoré ce moment, cette journée et ces expériences partagées… 

Martine Bernier

http://www.youtube.com/watch?v=xoKbDNY0Zwg

L’exposition est à découvrir jusqu’au 20 mai au Palais Lumière d’Evian

http://www.ville-evian.fr/france/DT1206089727/page/Expositions2FPalaisLumiC3A8re.html