Catégories

 

 S’il est une femme pour laquelle j’ai depuis longtemps une admiration joyeuse, c’est bien Niki de Saint Phalle.

Belle, intelligente, intellectuelle, cultivée, elle était pétrie de talent, comme son mari Jean Tinguely avec lequel elle a formé un couple souvent séparé, mais toujours proche et aimant, durant toute sa vie.
Ensemble, ils formaient un couple d’artistes incroyablement créatif, jubilatoire.
Ils étaient constamment en compétition, mais de manière positive.
Lui créait des machines « qui ne servent à rien », remplies de poésie et d’humour.
Elle a imaginé un univers coloré, peuplé de femmes aux formes rondes, rappelant les univers de Gaudi et du Facteur Cheval qu’elle aimait beaucoup.

Boulimique de travail, elle a fait naître des oeuvres exubérantes et douces, marquantes.

Je rêve d’aller un jour visiter deux lieux mythiques de son oeuvre: 
Son « Jardin des Tarots », à Capalbio, en Italie. 
Son talent y explose littéralement, ses oeuvres douces et fascinantes y vivent dans un écrin de verdure.

Et l’intérieur de la  grotte qui se trouve au nord-ouest du Grand Jardin Herrenhäuser de Hanovre, qu’elle a décorée de manière féerique pour l’Expo 200.

Les Nanas De Niki de Saint Phalle étaient réalisées en polystyrène.
Une matière qu’elle adorait travailler… sans savoir qu’elle l’empoisonnait.
Elle a en effet eu les poumons brûlés, ce qui lui a valu de passer plusieurs mois à l’hôpital.

Après la mort de Jean Tinguely, en 1991, l’artiste, très meurtrie par cette disparition, a consacré beaucoup de son énergie à la préservation de l’oeuvre de son compagnon.
Elle a  encore beaucoup travaille, puis elle nous a quittés en  2002, à l’âge de 71 ans.
Elle a succombé à cette maladie respiratoire liée aux vapeurs toxiques inhalées durant la préparation de ses œuvres.
Ses Nanas l’ont tuée. 
A chaque fois que nous nous rendons à la Fondation de Martigny et que je pose les yeux sur la Nana qui s’y trouve, je pense à elle. 

C’était une femme magnifique, de son époque, inattendue, drôle et passionnante.

Un jour que je me promenais  au cimetière Montparnasse, j’ai été attirée par une tombe sur laquelle se trouvait une sculpture dont le style était reconnaissable entre mille.
Le talent de Niki est partout, y compris dans l’hommage qu’elle rendait à ceux qu’elle a aimés.
Je ne devrais pas écrire pour parler d’elle, simplement lui consacrer une page de photos.
Et écrire dessous: Ah, madame… comme je regrette de ne jamais vous avoir rencontrée… Comme je vous remercie pour ce que vous nous avez laissé…

Martine Bernier 

2 réponses à Niki de Saint Phalle: cette délicieuse Nana…

  • MARC GALIERO:

    MERCI POUR CET HOMMAGE À NIKI.
    J’ aimerais tant savoir où se trouve sa tombe ?
    Si vous pouvez m’aider ?
    MARC GALIERO

    • Martine Bernier:

      Bonjour, et merci pour votre petit mot!
      Comme elle est décédée à San Diego, je pense que c’est là qu’elle soit être inhumée…
      Au cimetière de Montparnasse, vous pouvez voir deux de ses oeuvres: « Oiseau pour Jean-Jacques » et « Tombe de Ricardo Menon ».

      Bien cordialement
      Martine Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>