juin 2012
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Catégories

C’était en 2009.
Dans le cadre de l’exposition « Là où je suis n’existe pas » du Printemps de Septembre, à Toulouse, une commande publique a été passée à l’artiste américaine Amy O’Neill.
A 38 ans, connue pour son univers psychédélique, elle a souhaité réaliser un conte britannique du XVIIIe siècle parlant d’une vieille femme habitant dans une chaussure.
Polystyrène, résine époxy, verre, bois, contreplaqué, tubes métalliques…. le tout assemblé a donné la « Chaussure-Maison ».
Une pièce de 3,7 mètres de haut, 3,5 mètres de long  et 1,5 mètre de large, qui aurait coûté 52’000 euros.
Elle a été provisoirement installée dans la cour d’honneur de la Direction régionale des affaires culturelles de Midi-Pyrénées, à Saint-Gaudens, dans l’attente de lui attribuer un site définitif d’implantation.
J’ignore si la maison-chaussure a déménagé depuis.
Mais avouez que la démarche est étonnante…

 

Martine Bernier
 

2 réponses à La chaussure-maison d'Amy O'Neill

  • Dominique Rougier:

    C’est beau ,mais là je dis ‘glouups’ ,donner 52000 à une artiste américaine ,pour une oeuvre jolie,mais sans plus,alors que des quantités d’artistes français de talent ‘crèvent la faim’ ,j’ai du mal . Avec cette somme la ville de Toulouse aurait pu faire vivre quelques familles un bon moment.

    • Martine Bernier:

      c’est vrai… et c’est sciemment que j’ai mis le prix de l’oeuvre en question. Car c’est aussi un point intéressant, en art: quels en sont les prix, et jusqu’à quel point le public peut-il les trouver indécents ou non? Car en fait… à combien estimons-nous le prix du beau ou de l’insolite? Un véritable débat philosophique!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>