juin 2012
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Catégories

Avez-vous déjà été subjugués par des personnages de la littérature que vous avez ensuite découverts dans un film avec plus ou moins de bonheur?
De mon côté, cela m’est arrivé souvent.
Mais deux d’entre eux restent pour moi des personnages merveilleux qui restent dans un coin de ma mémoire.

Le premier est l’un des piliers de la saga de Maurice Denuzière: « Louisiane ».
Il s’agit de l’intendant: le fascinant, dévoué et séduisant Clarence Dandridge. 
L’histoire, on la connaît: elle raconte la vie de Virginie Trajan, jeune parisienne qui, devenue orpheline, part en Louisiane en 1830.
Elle y épousera le Marquis de Damvilliers, propriétaire du domaine de Bagatelle, et aura quatre enfants de lui.
Dans cette plantation de la Nouvelle Orléans, la Dame de Bagatelle va vivre les grands changements historiques de 1830 à la deuxième guerre mondiale.
A ses côtés, Clarence, le beau régisseur inaccessible et mystérieux est, pour moi, le personnage principal du livre.

L’autre personnage se rencontre dans un vieux roman de Jane Austen, paru en 1813: « Orgueil et Préjugés » (« Pride and Prejudice »°.
On y découvre le destin d’un couple anglais, qui sous le règne du roi Georges III, veut marier  ses cinq filles.
Mais, dans fortune réelle, leurs chances sont faibles…
Dans ce livre qui se lit avec délice et qui décrit merveilleusement la société anglaise de l’époque,  évolue Monsieur Darcy, riche gentilhomme un peu sauvage, orgueilleux et assez secret. 
 

Ces deux personnages, j’ai fini par les « voir.
Dans le films « Louisiane » de Philippe de Broca, Ian Charleson a campé un Dandridge raffiné, qui ne m’a pas déçue.
Pour « Orgueil et Préjugés », je suis plus mitigée.
Dans le film de 2005, le rôle était tenu par Matthew Macfad, qui a rendu un Darcy romantique et timide.
Il était bien, oui…
Mais je ne retrouvais pas « mon » Darcy.
Et puis un jour, j’ai vu « Pride et prejudice », le film de 1995 que Arte a eu la bonne idée de rediffuser.
Et là, j’ai découvert le « vrai » Monsieur Darcy, tel que je l’imaginais, sous les traits de Colin Firth.
Difficile de faire mieux…

J’aimerais trouver le temps de relire ces deux livres.
Rien que pour pouvoir poser des traits sur les personnages…

Martine Bernier
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>