Catégories

De la famille  Mozart, tout le monde, depuis des siècles et sans doute pour des siècles encore, connaît Wolfgang Amadeus.
Certains connaissent aussi Léopold, son père, qui fut un grand enseignant musical.
Mais rares sont ceux qui connaissent Nannerl.
Nannerl était la soeur du génie, celle dont on ne parle pour ainsi dire jamais, une oubliée.

Née en 1751, elle avait  cinq ans de plus que son frère.
Elle aussi était douée pour la musique, et a fait partie de la première tournée organisée par son père à travers l’Europe.
Elle avait 11 ans, Amadeus en avait 6.
Ils étaient des enfants virtuoses, de ceux dont les cours princières était fous.
Londres, Paris, Munich: ils ont joué  partout où les princes les réclamaient, traînant derrière eux une réputation de magiciens de la musique.

Grâce à son talent, à son jeune âge et à sa grâce, le petit garçon est celui qui retient l’attention.
Mais Nannerl l’accompagne au clavecin, chante auprès de lui.
Elle était belle et talentueuse…
Pas suffisamment pourtant pour que son père lui rende hommage.
C’est son fils qu’il choisit de plébisciter, personne ne sait vraiment pourquoi…
Nannerl est une jeune fille.
Les hypothèses de la misogynie de  l’époque ou d’un talent insuffisant sont avancée, mais personne ne sait vraiment ce qui est passé par la tête de Léopold.
Toujours est-il que Nannerl, pourtant si proche de son père et de son frère, ne fera pas partie du voyage lorsque Wolfgang et lui repartiront pour l’Italie.
Le petit Mozart est plus qu’un excellent musicien: il est déjà un brillant compositeur.
Comment rivaliser avec un génie, même en étant une excellente instrumentiste?

Nannerl reste à Salzbourg et une correspondance va s’installer entre les deux adolescents.
Wolfgang triomphe tandis que Nannerl devient professeur de piano et soutient financièrement la famille.
C’est lorsque son frère s’installera à Vienne que leurs relations deviendront plus distantes.
Ce qui n’empêche pas Mozart de prendre le parti de sa soeur lorsque celle-ci souhaite d’épouser un capitaine des armée impériales.
Mais rien n’y fait: Léopold  ne veut pas de cette union.

Le frère et la soeur continuent à s’écrire de temps en temps, mais ne se reverront jamais.
Wolfgang vit son destin, loin d’elle et de leur père qui se rapproche de sa fille.
Nannerl fera un « bon mariage », qui la mettra à l’abri du besoin.
elle est sage, a du bon sens, et prend le titre de baronne par son union avec le gouverneur Johann Baptist von Berchtold zu Sonnenburg.
La famille devient sa priorité, elle prend congé de la musique, se contentant de donner des cours à ses enfants et ses beaux-enfants…
Huit têtes blondes au total.

Lorsque mourra son frère, elle acceptera de parler à ses biographes, mais en ne mentionnant que les années de leur jeunesse.
Pas un mot de plus sur le talent de son frère, mais quelques remarques acerbes sur sa belle-soeur.

Nannerl est morte  en 1825, aveugle.

Est-elle passée à côté de sa vie?
Certains le disent…

Martine Bernier

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>