septembre 2012
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Catégories

J’étais seule, hier soir.
J’avais emporté quelques papiers que je triais tout en suivant les informations à la télévision.
A chaque fois, je reste  sans mots…
Je repense à un livre que j’avais lu, adolescente: « Les Fous de Dieu ».
Il parlait à l’époque du conflit entre catholiques et protestant à Belfast.

Aujourd’hui, je regarde les manifestations, les cris, les drapeaux brûlés, la violence.
Tout cela à cause d’un brulot qui, selon le peu que j’en ai vu, donne à penser qu’il n’a aucun intérêt.
D’un côté des provocateurs opportunistes, de l’autre des personnages qui n’attendent que cela pour hurler,  détruire et haïr.

C’est fou… fou de voir combien les êtres humains sont prompts à la colère, à la haine.
Je zappe d’un site d’actualité à un autre.

Plus tard, je découvre que, en Espagne, la vieille femme qui a défiguré une oeuvre oubliée, dans une église, en la « restaurant » à sa façon, refait parler d’elle.
Depuis que la peinture a été transformée en visage simiesque par ses soins, l’église ne cesse de recevoir des visiteurs.
Qui ne se seraient jamais déplacé pour voir l’oeuvre intacte…
La presse locale parle de 30 000 visiteurs venant du monde entier.
Depuis samedi, les responsables de l’édifice, réunis en fondation, ont mis en place une billetterie.
Un euro l’entrée.
En moins d’une semaine, environ 2000 euros sont rentrés dans les caisses.
De la folie…
Une folie qui a donné des idées à la responsable du désastre pictural et à sa famille qui ont le toupet de demander… des droits d’auteur.
Cette femme qui est la risée de tous, et dont on avait finalement un peu pitié, se révèle avoir la fibre des affaires.
A moins qu’elle ne soit poussée par ses proches ou ses avocats.
Lamentable…

Je regarde l’actualité, j’écoute les politiciens français s’accabler les uns les autres.
Et je me demande s’ils ont conscience qu’ils sapent le moral et l’espoir de la population, déjà très secouée.

Je reviens au journal que j’écoutais au départ.
Ils parlent de l’enterrement de Pierre Mondy, un acteur que j’aimais bien.
J’écoute ceux qui l’ont connu expliquer que c’était non seulement un comédien épatant, mais aussi et surtout une belle personne.
Et je regarde le cercueil quitter l’église sous les applaudissements du public.
Je comprends que l’on soit triste de voir partir un homme qui a apporté de la joie.
Ils ne courent pas les rues.

Martine Bernier

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>