Catégories

Connaissez-vous ce charmant petit garçon?
Il s’appelle Hisahito et a six ans.
Ce petit bonhomme est également l’unique petit-fils de l’empereur Akihito du Japon, qui est en outre grande-père de deux jolies adolescentes, soeurs d’Hisahito.
Lorsqu’il sera grand, selon toute probabilité, il ne choisira pas son destin.
C’est à lui que reviendra le lourd privilège d’assurer l’avenir du Pays du Soleil Levant.
Depuis qu’il est bébé, il est sous le feu des projecteur.
Sa naissance, ses anniversaires, la cérémonie du Fukasogi-no-Gi, rite de passage permettant de devenir un membre de la famille impériale, son entrée à l’école: tout est abondamment relaté, photographié, rendu public.
Dans une cour réputée pour être la plus stricte du monde, le petit garçon grandit en se pliant de bonne grâce, semble-t-il, à ses premiers devoirs de futur souverain.
Encore inconscient de l’avenir qui l’attend, il ignore les espoirs qu’il engendre.

A l’autre bout du monde, en France, un autre petit garçon de 6 ans, Kim, aussi beau que l’est Hisahito, est lui aussi rentré à l’école primaire à la rentrée scolaire.
Lorsqu’il sera plus grand, il devrait, en principe, être maître de ses choix.
Que deviendront ces deux enfants, quels adultes seront-ils?
Si l’un mènera sa vie comme il l’entend, du loins je l’espère, l’autre devra se soumettre à des règles et des traditions rigides.
Parce qu’ils se ressemblent, qu’ils ont le même âge et la même innocence, ils me touchent.
Et je m’interroge: arrive-t-on à être heureux dans un univers excessivement codifié?

Martine Bernier 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>