Catégories

Ma famille n’est pas très grande.
Suffisamment pourtant pour que nous ayons décidé de coupler ou grouper  les anniversaires en fonction des mois de l’année.
Aujourd’hui est un grand jour: mon fils cadet, Yann, a 30 ans, anniversaire que nous fêterons en même temps que celui de ma belle-fille, Magaly, qui vient d’avoir 30 ans elle aussi .

Cette dernière est depuis longtemps la compagne de mon fils aîné.
C’est avec elle que j’ai découvert ce nouveau rôle de « belle-mère » (beurk, l’horrible mot!), que j’appréhendais un peu.
Il a fallu que nous apprenions à nous connaître, qu’elle comprenne que je n’aime pas m’installer dans un rôle.
Que je préfère de loin le scénario mettant en présence des êtres humains, simplement.
Le dialogue a rapidement pris une place importante entre nous.
J’ai découvert son passé, ses fragilités, ses talents, sa personnalité, ses qualités, son chemin…
Et j’aime la retrouver, l’écouter, la regarder évoluer…
Avec Jee, la compagne de mon fils cadet, elles sont devenues mes filles de quasi adoption.

Quant à Yann…
Aaah, Yann!
Sa venue au monde ne s’est pas très bien passée, mais je n’ai voulu garder que le souvenir d’une nuit incroyablement étoilée, de quelques heures inutiles à mémoriser, puis de la rencontre avec un petit bonhomme aux cheveux hirsutes.
Ensemble, nous avons eu un parcours qui n’a rien eu d’un long fleuve tranquille.
Mon Bébé Cadet, né 18 mois après son frère, semble être arrivé sur cette Terre avec la ferme intention de ne pas s’en laisser conter, bien décidé à montrer qu’il existait.
Par tous les moyens!
L’école, la discipline, la sagesse…. tout cela représentait des notions très abstraites ou très ennuyeuses, pour lui.
Donc, il m’en a fait voir de toutes les couleurs, dès son plus jeune âge, les bêtises allant en crescendo au fur et à mesure que le temps passait.
Mauvais souvenirs?
Oui et non.
Oui car je détestais le rôle de gendarmette qu’il me forçait à endosser.
Oui parce que le quotidien a été dur.
Oui aussi parce que j’étais torturée à l’idée qu’il puisse ne pas trouver sa voie et être malheureux à l’âge adulte.
Non car c’était aussi un enfant drôle, plein de charme et de gentillesse.
Mon bébé cadet à moâ, quoâ! 

Comme tout le monde, mon fiston est passé par l’adolescence.
Et elle a duré longtemps, alors que l’âge adulte avait déjà commencé, en principe!
Des années, que je préfère oublier, là encore, que j’ai affrontées avec les moyens du bord, souvent maladroitement.
Lorsque le point extrême a été atteint, il y a eu un grand « clash », et quelques mois de silence radio.
Puis un retour dont je pense qu’il l’a encore en mémoire.
A partir de ce jour, notre relation s’est totalement modifiée.
Il a pris conscience de beaucoup de choses, a fait amende honorable, est tombé amoureux de notre Fleur d’Asie, a découvert le sens des responsabilités auprès d’elle et du petit Kim. 
Et est devenu un homme adorable, heureux, bien dans sa peau, animé par sa passion pour la photo.

Nos retrouvailles sont toujours affectueuses et joyeuses, et ce passé qui nous a opposés, semble nous unir plus encore aujourd’hui.
Il est allé voir où se trouvaient les limites de l’amour d’une mère.
Et lorsqu’il a compris que cet amour, justement, n’a pas de limites, il a semblé s’apaiser et a pu commencer à vivre, autrement.
Je ne regrette aucun des cailloux de ce chemin qui a été le sien.
Les sentiers les plus difficiles sont souvent ceux qui conduisent aux plus beaux paysages.
Aujourd’hui, même s’il semble banal de le dire, je suis fière de lui, autant que de son frère… 

Heureux anniversaire à nos deux trentenaires! 

Martine Bernier 

 

 

8 réponses à Le double anniversaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>