Catégories

Grange de la Dîme

 

 

 

 

L’Abbatiale de Romainmôtier

 

 

 

 

 

J’ai une tendresse particulière pour Romainmôtier, ce village vaudois, joyaux d’architecture, dont l’abbatiale est, à mes yeux, l’un des plus beaux sites de Suisse romande.
Hier, j’ai eu la chance de m’y rendre en reportage, à la rencontre d’un homme passionnant dont je diffuserai le portrait après qu’il soit passé dans « Terre et Nature », l’hebdomadaire pour lequel il était destiné.
Au cours de la rencontre, ce monsieur nous a fait un cadeau.
Il nous a entraînés dans la Grange de la Dîme, un magnifique bâtiment datant de 1707, qui est intégré à l’enceinte de l’abbatiale.
Il avait envie de nous faire partager les merveilles des lieux…
Nous sommes tout d’abord monté tout en haut, sous les combles, où une salle accueille un chef-d’oeuvre: un orgue monumental. 
Cet orgue de la famille Alain a une histoire émouvante.
 

Jehan Alain

Jehan Alain était compositeur et organiste.
Né en 1911, il est mort en 1940 durant la guerre.
« Mort pour la France », à 29 ans, près de Saumur, où il s’est comporté en héros.
Ce jeune homme au visage doux et au regard un peu rêveur a eu le temps, durant sa courte vie, de composer des pièces d’orgues dont certaines, comme « Les Litanies », sont restées célèbres.
Sa musique est très aimée et toujours jouée par les organistes à travers les monde.
Sa soeur et ses proches décrivaient Jehan, musicien accompli, comme un jeune homme joyeux, amuseur, qui aimait faire rire son entourage.
Il dessinait, écrivait des poèmes, était très sportif  possédait un esprit fin.
Un homme brillant, partit stupidement et beaucoup trop tôt.
Sous les combles de la Grange, se trouve donc l’orgue  semble-t-il construit par son père, Albert Alain.
Il est toujours utilisé aujourd’hui pour des concerts, et enrichit la collection Alain conservée à Romainmôtier par l’Association Jehan Alain, dont le travail mérite d’être souligné.

Autre étage, autre surprise, et pas des moindres.
Une autre salle immense accueille l’Espace Pierre Aubert, artiste de la région, qui a laissé une splendide collection de gravures sur bois exposée dans cette pièce lumineuse.
Face à elles, est exposé le travail d’un autre artiste installé dans la région depuis plus de trente ans: Julian Willis.
J’avais été touchée par une magnifique affiche qu’il avait signée.

Nous étions en plein entretien avec mon interlocuteur du jour lorsque l’artiste est passé et nous a été présenté.

 


Nous nous sommes rendus à la Grange de la Dîme avec lui, et c’est donc en sa compagnie que nous avons découvert l’exposition qui lui est consacrée.
C’était un privilège…
Un aperçu de son talent se trouve ici, avec des affiches, des dessins, mais aussi une très belle série d’acryliques consacrés aux pierres et aux blocs erratiques de la région.
Il y règne une atmosphère que ne renierait pas Tolkien.

La source, de Julian Willis

Une série de lithographies a été réalisées d’après ces originaux qui méritent vraiment d’être découverts.
Cet artiste illustrateur a le don de créer des ambiances, de donner vie à une forêt, à un mur de pierres sèches…

La visite terminée, nous sommes repartis pour poursuivre mon entretien au cours duquel m’a été bien d’autres surprises.
Mais cela… c’est une autre histoire!

Martine Bernier 

 

 

 Association Jehan Alain

Fondation Pierre Aubert

Julian Willis

 

Une réponse à Romainmôtier, les trésors de la Grange de la Dîme: Jehan Alain et Julian Willis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>