novembre 2012
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Catégories

L’un de mes voisins a un tempérament nerveux et très anxieux, ce dont il ne se cache d’ailleurs pas.
De temps en temps, quand il a envie de parler, il vient me rejoindre lorsque je relève le courrier à la boîte aux lettres.
Comme ça a été le cas hier.
Il ouvrait la porte de son garage et semblait errer comme une âme en peine lorsque je suis arrivée avec Pomme.
Il ne s’est pas contenté d’un « bonjour », et est venu me voir, ce qu’il n’avait plus fait depuis quelques semaines déjà.
Traditionnel échange de « bises » et de politesses… puis il est entré dans le vif du sujet.
D’un air lugubre, il m’a annoncé:
- Nous allons voir ma fille…

Ne vous méprenez pas: mon voisin adore sa fille unique.
Ce qu’il aime nettement moins, c’est qu’elle habite au Canada.
Et ce qui lui déplaît plus encore, c’est que, pour se rendre là-bas… il doit prendre l’avion. 
J’ai pris une mine réjouie de circonstance pour lui répondre:

- Formidable, cela faisait longtemps que vous n’étiez pas retourné la voir!
- Oui, mais tu me connais: je suis déjà très mal… Je tourne en rond, je m’angoisse… J’ai beau me dire que si on s’écrase je serai avec ma femme, ça ne me calme pas.
- Mais vous n’allez pas vous écraser!

Il a grimacé, peu convaincu, et a poursuivi:
- De toute façon, je suis un casanier, je déteste voyager. J’ai peur de me perdre, je me sens mal… Je suis ma femme. Elle, elle est à l’aise partout, elle file devant! Moi je m’énerve, je m’affole… Et en plus…
- En plus?
- Avant, on prenait l’avion jusqu’à Montréal et c’était bon. Là, je ne sais pas pourquoi, elle n’a pas trouvé les même billets. Ou alors ça n’existe plus. Il faut faire une escale à Francfort, puis partir à Ottawa, et rechanger d’avion.
- Je comprends… C’est évidemment plus pratique de faire le trajet d’une seule traite.
- Oui. Il va falloir attendre trois heures à Francfort. L’attente, ça me rend fou!!! Une fois dans l’avion, ça va, mais là, je serai encore angoissé en me disant qu’il faudra encore changer d’avion ensuite!
- Tu es inquiet parce que tu n’es pas encore parti, mais quand tu seras dans le feu de l’action, tu seras peut-être plus rassuré?
- Ah non ça sera pire, tu verras!

Il s’est tu deux secondes et a repris:
- L’année passée, j’ai eu l’impression que j’allais mieux.
- Ah bon? 
- Oui. Dans l’avion, j’ai dit à ma femme: « Et bien là, je suis beaucoup plus calme, ça s’est bien passé! Je m’améliore! »
- Et bien tu vois!
- Hum. Elle m’a répondu: « Je sais. C’est ce que j’ai mis dans ton verre à la cafétéria  avant de partir! »

Martine Bernier 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>