décembre 2012
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Archives mensuelles : décembre 2012

Hier soir, j’ai entendu aux informations télévisées l’une de ces énormités qui me font vaguement soupirer.
Cette fois, c’était: « Demain soir, 7 milliards de terriens fêteront la nouvelle année! »
Et bien voyons…
Entre ceux qui ne changeront pas d’année en même temps que les autres, et la masse de personnes plongées dans la misère, la guerre ou la souffrance, je pense que ces chiffres devraient être revus très sérieusement à la baisse!

Un peu plus tôt, dans la journée, j’avais entendu une autre phrase à classer dans la même catégorie: « Je m’attends au pire: nous entrons dans une année 13, ce qui n’était plus arrivé depuis cent ans. »
Allons bon!
Après  la fin du monde, la superstition du 13…
Par curiosité, j’ai cherché d’où nous venait cette idée que le 13 était un chiffre faste ou porte-malheur.
Et j’ai découvert… que cela ne date pas d’hier.
En fait, si le 13 est mal aimé, c’est à cause du 12, chiffre sacré par excellence, produit du carré et du triangle.
Douze dieux sur l’Olympe, douze signes du zodiaque, douze heures de jour, douze heures de nuit, douze mois dans l’année et j’en passe…
Le chiffre suivant allait forcément avoir du mal à se forger une réputation aussi solide.
Ses affaires se sont gâtées lorsque, au IVe siècle, le roi Philippe de Macédoine a eu la brillante idée de rajouter modestement sa statue à celles des douze grands dieux… et d’être assassiné juste après.
Si en plus le 13 est associé au vendredi, jour considéré comme porte-malheur, c’est l’horreur.
Pourquoi? 
Le Christ a été crucifié un vendredi, après avoir pris un dernier repas partagé par 13 convives.
Cette fois, la réputation du chiffre mal aimé était établie…
A tel point que dans beaucoup d’hôtels et certains hôpitaux, il n’existe pas de chambre 13. 
Idem dans les avions où la rangée 13 est souvent inexistante, ou même dans les gratte-ciel américains où l’on passe du douzième au quatorzième étage.

Alors, l’année en 13 va-t-elle plonger  le moral des troupes dans les bas fonds?
Hé non! Depuis plusieurs années, le 13 est considéré comme un porte-bonheur.

Ce matin, alors que nous profitions du dernier jour de 2012, la première chose que j’ai dite à mon Capitaine avait un rapport avec ces années qui passent.
« Je ne sais pas si je te souhaiterai plein de choses cette nuit, mais je sais que si 2012 a été aussi belle pour moi, c’est parce que tu y a largement contribué… Merci… »

Cette phrase, je la répète à toutes celles et ceux qui ont illuminé ces derniers mois!

Martine Bernier

Au petit-déjeuner, ce matin, j’ai demandé à mon Capitaine quel événement l’a particulièrement touché en 2012.
Il a répondu: ma déclaration, le 15 août.
Sa demande en mariage, lors du bouquet final du feu d’artifice d’Evian…
J’ai été très touchée par sa réponse…

Je lui ai expliqué, que, ce matin, sur Ecriplume, j’avais envie de revenir sur ce qui m’a marquée dans l’actualité de l’année.
Je revois des tueries, des massacres, des drames, la guerre, des faits divers sordides, un naufrage,  des décès de personnalités attachantes, des nouvelles économiques plus que moroses… 
Et, j’ai réalisé que je n’avais pas en mémoire une nouvelle lumineuse qui aurait éclairé l’année.
Perplexes, Celui qui m’accompagne et moi avons recherché chacun de notre côté et avons retenu les informations suivantes:

La réélection d’Obama, l’Oscar de Jean Dujardin, les Jeux Olympiques et le passage du Mur du Son par un homme volant.
Mon Capitaine a conclu par: « C’est tout.Tout le reste est négatif. Année morose… c’est la crise. »

Il y a sûrement des découvertes médicales, des événements culturels, des réussites diverses qui ont jalonné ces douze mois, mais ils n’ont pas réussi à faire rayonner l’année.
Ce qui me pousse à penser de plus en plus que l’actualité est toujours plus violente et triste lorsqu’elle est prise « en bloc ».
Mais que, lorsqu’elle est décortiquée et que l’on regarde de plus près les trajectoires de certains beaux humains qui sèment de la bonté, de la bonne humeur, de l’altruisme et de l’écoute autour d’eux, tout s’allège.
Ces personnes dont on parle rarement rendent souvent le quotidien plus léger.

En faisant le bilan de mon année personnelle, j’ai réalisé qu’il était très positif alors que je venais de constater que l’année du monde avait été terrifiante.
Pourquoi?
Parce que le quotidien m’a réservé une présence tendre à mes côtés, une famille en or, des rencontres merveilleuses, des découvertes passionnantes et une foule de petits moments qui rendent mes soucis plus légers.

Il ne reste plus qu’à souhaiter que pour l’année suivante la situation du Monde s’améliore, que des prises de conscience interviennent… et que nous prenions l’habitude de regarder ce qui se passe autour de nous, dans la communauté des beaux humains.
Naïve?  
J’assume.

Martine Bernier

die-mobiles-a-enflamme-twitter

Je n’ai vu que deux ou trois fois  l’émission « La France a un incroyable talent ». 
Mais j’avais eu un coup de foudre pour la troupe allemande « Die Mobilés ».
Quand j’ai lu qu’elle avait remporté la victoire de cette 7e émission, j’ai été ravie.
Pour le cas où vous ne les auriez pas vus, ces artistes qui viennent de Cologne créent des tableaux d’ombres chinoises exceptionnels.
Ce samedi, donc, je leur laisse la vedette, ils le méritent largement…

Martine Bernier

 

Die Mobilés