janvier 2013
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories

Archives quotidiennes : 17 janvier 2013

bm2004-001

Lorsque, enfant,  je regardais les carnavals, en Belgique, je n’étais pas très rassurée devant les nuées de Blancs Moussis, ces curieux personnages masqués et dotés d’un long nez rouge,et revêtus d’une cape et d’un capuchon pointu blancs.
Ils m’effrayaient, car ils étaient armés de sortes de ballons en vessies de porc gonflées, avec lesquels ils frappaient les passants.

Ces figures mythiques liées à la ville de Stavelot font partie des incontournables des carnavals belges, et sont souvent invitées dans les manifestations à l’étranger.
Leur présence est née d’une légende datant de la fin du Moyen Âge.
Il y avait à l’époque un certain relâchement dans les rangs du clergé, y compris chez les moines de Stavelot dont certains participaient joyeusement aux festivités carnavalesques.
Cette situation a mis leur hiérarchie en colère, et les moines sanctionnés n’ont plus eu le droit de se fourvoyer avec les fêtards.
Mais la population, pour rappeler leur présence, a aussitôt créé des costumes rappelant la bure monacale, remplacée, suite à une intervention du prince-abbé de l’époque, par une cape blanche et un masque.
Les Blancs Moussis seraient donc nés vers 1502.
Devenus incontournables, les Blancs Moussis de Stavelot disposent aujourd’hui d’une confrérie folklorique qui regroupe plusieurs catégories de membres.
Comme pour les Gilles de Binche, les critères de sélections sont stricts.
Pour être admis en tant que candidat Blanc Moussi Effectif, il faut être de sexe masculin, domicilié à Stavelot depuis au moins trois ans ou l’avoir été pendant douze ans au moins, ou enfin être le fils d’un Blanc Moussi, être âgé d’au moins 18 ans, etc etc…

Les Blancs-Moussis ne peuvent se produire lors de manifestations carnavalesques en Belgique en dehors de la leur, mais ils répondent aux invitations à l’étranger et ont déjà hanté des manifestations en Suisse, en Italie, en Chine, en France ou en Allemagne.

À la fin des années soixante, ils ont même fait leurs premiers pas télévisuels dans le feuilleton « Les Galapias ».
Et là, pour la petite histoire, comme ils manquaient de figurants, les Blancs Moussis ont pour la première fois revêtu leurs compagnes de leurs habits blancs…

Dans les carnavals, ces personnages immaculés sont de facétieux feux-follets.
Ils sautillent, courent, grognent, amusent le public en lui lançant des confettis, en le poursuivant avec leurs vessies de porc…

Étranges lutins qui survivent au temps qui passe…

Martine Bernier