janvier 2013
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories

Dans un journal daté du 22 janvier 2013 (20 Minutes), j’ai lu un article qui m’a laissée songeuse.


Son titre: « Un scanner cérébral détecte le racisme ».
Et il explique qu’une étude suisse indique que « les stéréotypes négatifs laissent leur empreinte dans le cerveau de ceux qui les véhiculent. »

Le chercheur suisse Tobias Brosch, neuropsychologue à l’Université de Genève, a pu mettre en lumière ces zones qui s’activent chez un raciste face à des images de personnes de couleur différente.

Je ne m’attendais ni à cette nouvelle ni à la suite de l’article, qui expliquait que beaucoup d’avocats américains se réjouissent de la découverte.
Cette méthode pourrait être utilisée devant la justice, à leurs yeux.
Ce que réfute le criminologue Martin Killias, qui a souligné que personne ne peut être accusé dans ces conditions », poursuit l’article.

 Je vous passe les détails.
La question qui me venait en lisant ce sujet était, évidemment: « Mais… le racisme se soignerait-il??? »
Je tourne la page pour lire la suite du texte et je découvre que la réponse de Tobias Brosch est négative, comme on pouvait s’y attendre.
Les stéréotypes viennent d’apprentissages sociaux et culturels que l’on peut « désapprendre », mais pas soigner avec un simple médicament. 
Dommage…

Martine Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>