février 2013
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

Catégories

En principe, je ne fais pas partie de ceux qui voient arriver le lundi avec désespoir.
J’aime le week-end, et j’aime la semaine!
Mais il faut bien avouer que ce lundi-ci cumule les défauts.

Première constatation, en me levant: il a neigé durant la nuit, et, en prime, le brouillard recouvre la région.
Mon agenda me rappelle, pour le cas où je l’aurais oublié, que j’ai rendez-vous avec mon chirurgien.
Dix jours après la dernière intervention, nous allons programmer la suivante, très certainement pour cette fin de semaine.
Je sais que chacune d’elles me rapproche du retour à la santé, mais bon… j’ai connu des activités plus ludiques.

Si je veux arriver à passer une semaine correcte, il faut maintenir le moral dans une sphère acceptable.
Mon premier geste est pour l’une de mes amies qui, elle-aussi, doit se rendre à un rendez-vous médical important aujourd’hui.
Je lui écris un mot, et elle me répond dans la foulée.
Nous sommes compagnes de galère, pour l’occasion, ramant au rythme du même tambour!

Je suis dans mon bureau depuis une bonne heure lorsqu’un signal m’informe que j’ai reçu un autre mail, professionnel, cette fois.
Je rappelle immédiatement la personne qui me l’a envoyé, à laquelle j’ai des questions à poser.
Mon premier interlocuteur de la semaine me permet d’y voir plus clair dans un sujet que je dois traiter.
Au milieu de notre conversation, il fait allusion à mon « très léger accent belge ».
Il est très rare qu’il soit perçu.
Sa réflexion m’a amusée, il m’a expliqué avoir été en Belgique l’an dernier.
Trois phrases avant de revenir à nos moutons, mais trois phrases légères, un rire partagé: l’échange est requinquant!

Quand je raccroche, je souris.
Il neige toujours, il fait toujours aussi gris, mais ma semaine a vraiment commencé, et je sais qu’elle sera aussi parsemée de moments joyeux.
Ceci compense cela…
Quand je serai arrivée à samedi, la troisième intervention chirurgicale sera derrière moi et, avec un peu de chance, il n’y en aura pas d’autres dans l’immédiat.
Haut les coeurs!

Martine Bernier 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>