Catégories

eric-tabarly-l-un-pionniers-670480

Au Panthéon des hommes que j’ai admirés à un moment où à un autre de ma vie se trouve Eric Tabarly.
Ses exploits et sa solide personnalité m’impressionnaient.
J’avais lu deux de ses livres, je trouvais les Pen duick magnifiques, je suivais ses courses et ne ratait aucune de ses rares interviews.
J’aimais sa lucidité, son anti fanfaronnade… comme je les apprécie chez Olivier de Kersauzon.
L’annonce de sa disparition avait été un choc pour tout le monde, moi y compris.
J’ai eu l’occasion d’en parler des années plus tard avec Philippe Plisson le photographe de la mer, qui était son ami.
L’accident bête, stupide, qui ne cadrait pas avec l’excellent marin qu’était Eric Tabarly.

C’est étrange, sans doute, mais quand je suis au bord de la mer et plus particulièrement au bord de l’Atlantique, pour moi, son image est toujours indissociable des lieux.
Je continue à m’interroger sur ce qui pousse ces hommes et ces femmes, navigateurs solitaires ou alpinistes de haut niveau, à s’attaquer à des défis tout à fait hors de portée du commun des mortels.
Il faut avoir une force de caractère exceptionnelle pour réaliser ce qu’ils réalisent.
A chaque course qui part pour ces tours du monde dont certains ne sont pas revenus, je pense à Tabarly.
J’ai l’impression que le temps n’est pas passé sur son souvenir…

Martine Bernier

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>