août 2013
L Ma Me J V S D
« juil   sept »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Je m’interroge depuis longtemps sur la notion de bien-être et de bonheur.
Dès que quelque chose ne va pas tout à fait bien dans nos vies, que ce soit au niveau de la santé, des relations humaines, du travail etc, nous sommes comme des coquilles de noix essayant de rester stables au milieu d’un océan.
Lorsque le choc est grave, il n’y a pas à discuter: il y a de quoi être tristes, angoissés, inquiets, déprimés.
Mais pour les choses plus banales?

C’est une conversation avec une voisine qui m’a remis cette interrogation en tête.
Elle se plaignait, en vrac,  de la chaleur, des répercussions qu’elle a sur son sommeil, du coût de la vie, de la pollution, des piqûres de moustiques, des cris de l’enfant des voisins, du monde qui n’évolue pas selon ses goûts et dans lequel elle se sent moins bien.

En y réfléchissant, elle a raison: il a fait très, voire trop chaud ces derniers jours, ce qui a contrarié nos nuits.
La vie est chère, les moustiques voraces (quoique plutôt rares, ici, cet été!) c’est vrai aussi… comme il n’est pas possible de nier la présence de la pollution et de points noirs dans l’évolution du monde.

Mais… et si nous regardions les choses à l’envers?
Si nous renversions nos valeurs en matière de normalité?
J’ai commencé à le faire depuis quelques années.
Cela fonctionne sur certains points, moins bien sur d’autres.
Je m’explique.
Plutôt que de penser que tout est normal lorsque tout va bien, j’ai tendance à me dire que, lorsque tout est au top, c’est plutôt exceptionnel.
Dans une journée banale, un bobo, un problème à régler, un « ramollissement relationnel » est normal si l’on tient compte du fait que ni la vie ni moi ne sommes parfaites.
Au final, cela change ma façon de répondre aux questions et rajoute une touche positive à mes réponses.

Un exemple?
Côté santé, tout est normal, quant à ma vie sentimentale, professionnelle et sociale, elle est exceptionnellement anormale, merci!
Une anormalité que je déguste!

Martine Bernier

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>