octobre 2013
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories

Peut-être avez-vous fait partie de celles et ceux qui, comme moi, n’ont pas eu accès à Ecriplume au cours de ces deux derniers jours.
Le Bon Ange du site se penche toujours sur la question qui semble réglée pour le moment…

Merci pour votre patience… et pour précieux son travail….

************************************************

Après un début de vie compliqué, Tanawee, mon petit-fils, a enfin pu rentrer chez lui avec ses parents samedi.
Il venait de vivre onze jours d’hôpital dont plusieurs en service de néonatalogie  où il a été perfusé, branché à des machines le surveillant nuit et jour, sous oxygène pour l’aider à mieux respirer…
Cette étape a été dure pour lui, pour ses parents et pour sa famille… mais il a déjà montré son courage en ne pleurant pratiquement pas, en restant d’un calme absolu.
Nous vivions tous accrochés à ses nouvelles.
Le voir chez lui dimanche, entouré des siens et de son grand frère Kim aux petits soins, a été un grand bonheur.

Ce dimanche donc, la tribu s’est réunie pour fêter deux anniversaires et son arrivée au coeur de la famille.
C’était la première fois que nous nous retrouvions au complet depuis notre mariage…
Pomme, mon avenant bichon havanais, était aux anges: elle adore ce genre de retrouvailles où même son copain Herbie est présent.
Elle n’a pas réalisé tout de suite que la famille comptait un nouveau membre.
Nawee bouge, émet de petits bruits discrets, fait parfois des grimaces, mais ne pleure pas: elle ne l’a pas remarqué.
Au bout d’un moment, mon fils cadet lui a montré que, dans l’étage supérieur du parc aménagé comme un nid douillet, dormait un bébé.
Et là… je n’ai jamais vu mon Mogwaï tel que je l’ai vu ce jour-là!

Elle n’a pas été intéressée, non: elle a été fascinée!!!
Dès l’instant où elle a vu le petit Nawee, elle n’a plus eu qu’une envie, le regarder encore et encore…
Perchée sur les genoux de mon fils, penchée sur le berceau (mais à une distance suffisamment comptée pour qu’elle ne puisse pas approcher le petit) ou debout, le nez glissé entre les barreaux, elle le regardait avec une joie manifeste, cherchant le bon endroit pour l’observer au mieux.
Sa queue a ressemblé toute l’après-midi aux pales d’un hélicoptère en plein vol!
Elle ne cherchait pas à sauter sur le bébé, non: elle voulait juste le regarder.

Son attitude nous a tous amusés, y compris Kim d’une douceur émouvante dans son nouveau rôle de grand frère…
La vie reprend son cours… avec un trésor de plus au creux de la famille.

Martine Bernier

2 réponses à Les soucis d’Ecriplume – Pomme et Tanawee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>