février 2014
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728  

Catégories

Archives quotidiennes : 26 février 2014

Certaines semaines sont plus riches que d’autres.
C’est le cas pour celle-ci qui, bien qu’elle ne soit qu’à peine entamée, nous a déjà réservé une série d’événements…
Le premier est venu par la poste, lundi, par l’intermédiaire d’une lettre de l’un de mes employeurs.
Une lettre élogieuse me remerciant pour mes quinze ans d’engagement au sein de leur journal.
J’ai été très émue de la recevoir, d’autant que je ne m’y attendais pas.
Quinze ans déjà… une belle aventure humaine qui se prolonge avec bonheur!
Ce lundi est un jour d’écriture.
Je dois venir à bout de plusieurs articles…
J’y arrive, mais j’ai le coeur ailleurs, auprès de nos amis qui font leurs derniers adieux à leur maman.
Mon Capitaine les accompagne.

Dans la foulée, la factrice nous apporte un pli qui, celui-là, a été reçu par la majeure partie de la population.
Hé oui… la période est celle des premiers bourgeons… et de la déclaration d’impôts!
Mais je l’attendais de pied ferme, la bougresse!
Tout était prêt pour la recevoir: elle ne m’entamera pas le moral!

Mardi matin, la nouvelle tombe: mon Capitaine a enfin reçu son permis B!
Un Graal qui, en Suisse, reconnaît à son possesseur le droit d’être résident (à renouveler tous les cinq ans!)
Nous allons fêter cela!
L’après-midi nous entraîne au Pays-d’Enhaut où m’attend un reportage.
Les vacanciers sont sur les pistes, la montagne est ensoleillée.
Dans la forêt et hors des pistes, de grandes étendues neigeuses sont restées vierges, uniquement foulées par les animaux sauvages dont on peut voir les traces.
C’est une journée magnifique…
Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui où, alors que je m’apprête à commencer l’écriture de mes textes, un coup d’oeil par la fenêtre me fait découvrir les montagnes environnantes qui, toutes, ont la tête dans les nuages gris.
La météo a beau se concentrer, elle n’arrive pas à nous offrir un hiver présentable.
Je termine Ecriplume et m’apprête à écrire l’histoire d’un homme étonnant.
« Il était une fois, dans un coin de montagne… »

Martine BErnier