Catégories

Archives quotidiennes : 18 mai 2018

Changer de pays me contraignait à changer de médecin.
Et comme je m’y attendais, le spécialiste qui m’a admise comme patiente a souhaité que je fasse quelques examens afin d’avoir une idée plus précise de ma situation actuelle.
Cette série se terminait hier par une visite au service de médecine nucléaire de l’hôpital de Vesoul.
J’avais déjà eu l’occasion, par le passé, d’expérimenter un examen similaire ou presque, et je savais donc à peu près ce qui m’attendait.
J’avoue que je m’y rendais avec un enthousiasme très limité.

Au matin, donc, je me suis présentée à mon rendez-vous pour recevoir l’injection du produit radio-actif nécessaire.
Ô merveille: j’ai eu la chance d’être prise en charge par une jeune femme d’une efficacité redoutable et d’une gentillesse exquise.
Ce qui, avouons-le, diminuait de moitié le côté « corvée inévitable » de la chose.
Une fois cette formalité accomplie, j’avais le droit d’aller caracoler où bon me semblait durant 4 heures.
Il me fallait juste revenir à temps pour l’examen proprement dit, ce que j’ai fait.
A partir de là, les choses ont pris une tournure à la fois émouvante et parfois drôle.
Comme toujours dans les salles d’attente, les conversations se nouent.
Certaines ou certains expriment leurs angoisses, parlent de leur vécu, d’autres, comme une formidable dame de 83 ans, affichent un sourire rayonnant et une véritable envie de s’amuser.
Je pourrais écrire un livre avec les histoires touchantes que j’ai déjà vécues ou entendues dans ce genre de contexte… comme chacun de nous, j’imagine…

Les personnes en attente vous confient leurs craintes, leur passé, alors que vous êtes pour elles une parfaite inconnue… et cela me marque à chaque fois.

Celles et ceux qui avaient déjà reçu leur injection se trouvaient comme moi dans « l’aquarium », une salle d’attente vitrée.
Un lieu tout à fait propice pour faire connaissance!
Pendant que nous tuions le temps de manière tout à fait pacifique, les infirmières et le médecin responsable du service faisaient de leur mieux pour réduire les temps d’attente.
Passer un examen est toujours une épreuve, plus ou moins importante en fonction de l’état et de la sensibilité des patients.
Et des patients, il en défile dans ce service très actif…
Ce qui n’empêche pas le personnel de rester souriant, attentif et chaleureux avec chacun.
Comme je l’ai vécu à l’hôpital de Besançon voilà quelques jours, j’ai pu constater qu’après l’examen, il faut regagner la salle d’attente pour y attendre le médecin qui vient commenter les résultats.
En fin de parcours, j’étais soulagée d’avoir terminé, et une fois de plus admirative devant le travail de ces infirmières très à l’écoute.
Merci, merci, merci…
J’ai même eu droit à un petit moment insolite.
Dans l’aquarium ont été épinglés sur les murs des petites choses rigolotes, histoire de détendre l’atmoshère.
Comme celle-ci qui a attiré mon attention et m’a fait sourire.
Oui, je sais: un rien m’amuse!

IMG_1794

Martine Bernier