Catégories

Comme tous les expatriés, il me faut faire face à certains détails pratiques.
Celui qui  me préoccupe le plus depuis le début est le fait qu’il fallait que je trouve des médecins spécialistes dans la région.
Mes soucis de santé sont toujours bien présents et le fait de franchir une frontière ne veut pas dire que je peux m’affranchir de la surveillance médicale.
Après avoir fait un essai voici quelques semaines, j’ai dû me rendre à l’évidence: continuer à me faire soigner en Suisse n’est pas possible.
Plus de 7 heures de route pour effectuer l’aller-retour dans la journée est inenvisageable… surtout si je suis confrontée à une situation d’urgence.
Prendre congé de mes médecins suisses en leur écrivant des lettres pour leur expliquer la situation a été un crève-coeur… mais je n’avais pas le choix.

La semaine dernière je me suis rendue au premier rendez-vous fixé par l’urologue français qui a accepté de me donner rendez-vous, à un peu plus d’une heure de chez nous.
Un médecin visiblement compétent.
Et comme je pouvais m’y attendre, il m’a commandé une série d’examens.
Pour qu’il puisse avoir un état des lieux récents de ma situation, je m’apprête à retrouver le chemin des laboratoires, des scanners et, à mon grand regret, des services de médecine nucléaire.
Il faut me réadapter, je n’ai pas vraiment le choix.
Ce lundi, donc, première étape avec la prise de sang et ma première visite au labo dédié à cet effet.
Je m’y rends avec mon Capitaine qui devait lui aussi effectuer un petit bilan de santé.
En arrivant, le spectacle qui s’offre à moi m’effraie un peu:  une longue file d’attente s’étend devant trois guichets et ne cesse de grandir avec l’arrivée de nouveaux patients.
A voir leur nombre, je me résigne à une longue attente…
Nous prenons notre place dans la file et réalisons que, en fait… tout est parfaitement rôdé et rapide.
A peine le passage au guichet terminé, nous n’avons même pas le temps de nous rendre en salle d’attente…
Nous sommes quasi immédiatement pris en charge chacun par une infirmière.
Les prises de sang sont rondement menées, le contact chaleureux, et nous nous retrouvons dehors peu de temps après, ravis.
Et l’après-midi même, nous avions accès à nos résultats d’analyses en suivant l’option internet que nous avons choisie.
Si chaque acte médical qui m’attend se passe aussi bien, la corvée devrait être plus que supportable…

 

Martine Bernier

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>