Catégories

Mercredi.
Notre région fait partie de celles, nombreuses,  qui se trouvent en vigilance orange en raison des risques d’orage.
En fin d’après-midi, le ciel jusqu’alors très bleu se couvre… et c’est le moment que choisit Pomme pour venir se coller à moi.
Si elle n’est jamais loin de moi, elle n’est pas du genre collant.
Ce comportement indique quelque chose d’anormal auquel je dois être attentive.
Dans un premier temps, j’ai cru qu’elle avait peur de quelque chose.
Mon Capitaine s’était absenté quelques heures et n’était pas encore rentré.
Je sais qu’elle n’aime pas lorsqu’il n’est pas là… mais à ce point?
Pendant une bonne heure je n’ai pas vraiment compris pourquoi elle se serrait contre moi de cette façon.
Jusqu’au moment où elle s’est éloignée et… a été malade.
Je l’ai rassurée, réconfortée, me suis occupée d’elle et lui ai expliqué que si elle n’allait pas mieux le lendemain matin, nous irions chez le vétérinaire.

Le soir, alors qu’elle venait d’intégrer son « panier de nuit » et qu’elle n’avait plus eu d’autres symptômes, je l’ai caressée en lui parlant longuement.
Elle s’est endormie sans se réveiller, jusqu’au lendemain matin.
Evidemment, dès que j’ai ouvert les yeux, ma première préoccupation a été de voir si elle allait mieux.

Je l’ai caressée, lui ai parlé et… elle m’a répondu à sa façon.
Elle a commencé à s’étirer de tout son long dans son panier,  indice flagrant de  bien-être pommesque.
Puis elle s’est mise sur le dos, pattes en l’air, m’adressant un large sourire plein de dents.
Sa façon à elle de me rassurer.
La journée pouvait commencer… journée que j’ai passée à l’observer discrètement pour être sûre que tout était rentré dans l’ordre!

Martine Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *