Catégories

Un jour, quelqu’un m’a dit une phrase qui m’a marquée: « Je ne veux avoir ni chien ni chat. Une fois qu’on les a, ce sont des potiches. »

Inutile de préciser que j’avais été choquée et que je lui avais expliqué ma façon de concevoir les choses.
Si elle avait pu assister au scénario qui s’est déroulé ici au cours de ces derniers jours, depuis que Pomme est tombée malade, je pense qu’elle réviserait son jugement.
Mon Mogwaï est une petite personne à laquelle tout le monde s’attache dès qu’ils la voient évoluer.
Même le vétérinaire a été ému et l’a montré vendredi soir lorsqu’il nous l’a ramenée et qu’il l’a papouillée avant de partir.
Elle a un caractère tellement compatissant, tendre, gentil et joyeux que nous tombons tous sous le charme.
Résultat: depuis que j’ai expliqué ce qui lui est arrivé, nous reçevons des appels et des messages de celles et ceux qui s’inquiètent pour elle.
Et cela fait du monde…

Samedi matin, après notre nuit en tête-à-tête, mon Capitaine nous a rejointes au salon.
Puis nous avons entendu un léger bruit.
Pomme a grogné, retrouvant son rôle de gardienne du foyer.
Cela m’a un peu rassurée sur son état…
Et Aurélien est arrivée.

Etendue dans son panier, toujours très faible, elle l’a accueilli avec de grands battements de queue, lui expliquant clairement qu’elle était heureuse qu’il soit là.
Même scénario lorsque mon fils est arrivé à son tour.
A chaque fois que nous la caressions ou que nous lui parlions, elle remuait la queue.

Je crois que je n’ai jamais vu une « potiche » capable de se faire aimer à ce point.

A neuf heures de samedi, mon Capitaine l’a menée à la clinique vétérinaire pour qu’elle soit à nouveau perfusée.
Nous l’avons récupérée vers 16 heures et ramenée chez nous où nous attendaient nos enfants.

Pomme  à toujours un cathéter dans le veine.
Il faut absolument qu’elle mange pour prendre ses médicaments, faute de quoi nous devrons la ramener chez le vétérinaire ce matin pour être perfusée une journée de plus.
Ce matin, elle a accepté de manger un peu et m’a manifesté son bonheur d’être là…

Martine Bernier

2 réponses à Les amis de Pomme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *