Catégories

Mes aïeux, quel week-end!
Mon Capitaine  a notamment  profité de l’intérêt que porte mon fils à ce genre de choses pour l’initier à la manière de presser les pommes et d’en recueillir le jus.
J’avais expliqué à Aurélien, 4 ans, que lorsqu’il s’agit de tourner autour du pressoir en poussant la barre qui l’actionne, j’aimais assez me transformer en âne de temps en temps.
Il a donc décidé de nous aider en prenant part à l’exercice.
Plus tard, alors que nous faisions une partie de foot dans le but de rejouer la finale de la Coupe du Monde, il me faisait remarquer que c’était « chouette car nous faisions plein de choses ».
– C’est vrai! Et tu vois des choses que tu n’as ja-mais vues avant!
– Oui! Le jus de pomme qui sort des pommes!
– … et deux ânes jouer au foot!

Fou rire sur la pelouse du stade!

*****

Comme il paraît qu’un bonheur n’arrive jamais seul, la « maison d’à-côté » s’anime dans la journée, et les cousins de mon Capitaine nous rejoignent dans l’après-midi.
Ils sont là pour quelques jours, ce qui est toujours un vrai bonheur.
Au cours de ces délicieuses visites, les conversations s’éternisent autour de repas qui se prolongent tard dans l’après-midi et dans la soirée.
Mais ils sont entrecoupés de moments de travail auxquels, une fois encore, s’est joint mon fils…
Ce lundi est une journée chargée pour moi.
Mais je sais qu’elle sera entrecoupée par de nouveaux moments partagés au cours desquels je me dis régulièrement: « N’oublie pas de vivre ces instants à fond… ce sont des socles de bonheur… »

Martine Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *