août 2019
L M M J V S D
« Juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Ce matin, j’ai une nouvelle à vous annoncer…
Dix ans après la création d’Ecriplume, celui-ci a désormais un petit frère ouvert depuis quelques jours à peine: Le Jardin d’Ecriplume
Ceux qui me connaissent savent que depuis notre installation en Franche-Comté, je suis tombée en amour pour le jardin de la maison.
Je voue une passion aux roses et autres fleurs que nous y avons plantés, et cet amour s’est transformé, comme c’est souvent le cas pour moi, en véritable sujet d’étude.
J’ai donc eu envie de créer un deuxième blog, entièrement consacré à la flore de ce jardin de Franche-Comté et à ses occupants.
Et comme cette aventure m’est très personnelle, j’ai voulu l’assumer de A à Z.

Cette fois donc, je n’ai pas demandé d’aide pour réaliser le blog (ce qui implique un minimum de tolérance de la part des experts en la matière) et, vous n’y trouverez que mes textes et mes propres images à de rares exceptions près et… à une nuance près.
J’ai en effet demandé à mon fils aîné s’il pourrait faire partager ses propres découvertes en matière de nature, ce qu’il a accepté de faire.
A préciser qu’au fil des ans et des recherches, il est devenu un  champignonneur averti, un univers qui m’est quasiment romantique

L’univers de la rose et de la botanique est vaste… j’espère que vous aurez plaisir à le parcourir en ma compagnie…

Martine Péters

Scepter d’Isle
Olivia Rose Austin

Cette météo boîte à surprises dont nous bénéficions depuis le début de l’été alterne en permanence grosses chaleurs, pluies, jours plus doux, re-chaleur, orages, re-pluie…
Un temps qui plaît visiblement au jardin.
Nous sommes à la mi-août, et depuis le début du mois de mai les roses n’ont cessé de fleurir.
A tel point que certains rosiers en sont à leur quatrième floraison de l’année… 
Certains d’entre eux refleurissent alors qu’ils ne sont censés le faire qu’une fois par an.
Un soir de la semaine dernière, alors que la nuit n’était pas encore tombée, j’ai été frappée par les couleurs de la roseraie…

Olivia Rose Austin

Les couleurs, pastel pour la plupart, sont d’une pureté et d’une fraîcheur sublimes…
Mieux encore: les parfums sont beaucoup plus présents qu’ils ne l’étaient jusqu’ici, sans doute bridés par la chaleur.

Parmi ces parfums , l’un des plus captivant est celui de la très belle Jude The Obscure .

Jude The Obscure

Fruité et puissant, il est l’un des plus marquants de la roseraie.
J’aime les teintes si particulières des rosiers anglais, et les grandes fleurs en coupe généreuse de celui-ci.
Il possède un coeur  tirant légèrement sur l’abricot, et des pétales allant du jaune beurre au jaune tendre en passant, pour certains, au blanc crémeux.
autant de nuances qui en fait un rosier de charme rempli de surprise.
Il n’aime pas trop la pluie mais reprend ses forces dès le retour du soleil.
Certains disent que son parfum est proche de celui de la goyave et du vin doux. 
J’ai beau fouiller ma mémoire, je ne me souviens pas avoir humé de la goyave un jour…
Mais une chose est sûre: j’ai pas mal voyagé, visité des jardins magnifiques et des lieux inoubliables… mais ce jardin dans lequel se réunissent ces merveilleux rosiers parmi lesquels celui-ci, m’offre chaque jour un enchantement perpétuel…

Martine Péters

En fin de journée, nous devrons retourner chez le vétérinaire pour le suivi opératoire de Pomme et pour ma petite poule arthritique. 
Si vous pensiez qu’une poule est pétrifiée de peur lorsqu’elle se rend chez le vétérinaire, c’est que vous ne connaissez pas les poules hollandaises en général, et Kiwi en particulier.
Sa patte ne guérissant malheureusement pas aussi vite qu’espéré, je continue à lui faire des piqûres chaque jour et à la ramener au cabinet vétérinaire régulièrement.
Lundi, elle n’avait aucune envie d’attendre dans son carton l’arrivée de la vétérinaire dans la salle de soins.

Je l’ai donc laissée sortir, et elle s’est empressée de se percher sur le bord de son carton  pour profiter de l’ambiance de la pièce, se laissant caresser sans se faire prier.
Aucune peur, beaucoup de curiosité, elle a démontré une fois de plus qu’elle aime dialoguer, s’intéresser à ce qui se passe autour d’elle…
A tel point que la vétérinaire l’a photographiée pour qu’elle figure dans son panthéon de ses clients originaux.
Et ici… il y en a.
Cela dit, je reste inquiète.
Kiwi continue à poser difficilement la patte sur le sol et son état fluctue d’un jour à l’autre.
Le vétérinaire m’a prévenu qu’elle risque d’avoir besoin de soin toute sa vie.
Aucun problème: nous commençons à savoir comment faire…

Martine Péters