octobre 2021
L M M J V S D
« Sep    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories

Catégories

Mardi soir et mercredi matin, dans les deux ateliers que j’ai donnés dans deux sites différents, l’heure était venue pour moi de prendre congé des enfants en leur proposant une dernière séance un peu spéciale.
Comme nous avions terminé la semaine précédente la grande aventure qui nous a occupés pendant sept semaines, j’avais dans l’idée de leur préparer non pas une rencontre faite de bric et de broc, mais deux choses auxquelles ils ne s’attendaient absolument pas.
Dans les deux endroits,  je leur ai expliqué que j’avais eu un coup de téléphone d’une dame que je connais fort bien: Melle Agatha Peabody qui habite en Angleterre, dans le petit bourg fleuri de Perpingthon. 
Ne cherchez pas: Perpingthon n’existe que dans mon imagination, tout comme cette chère Agatha, d’ailleurs.
Grâce aux revenus engendrés par la biscuiterie familiale créée par son arrière-grand-père, Melle Peabody est extrêmement riche et unique héritière de cette fortune.
Car les fameux cockies au chocolat et aux raisins auxquels vient s’ajouter un ingrédient secret, connaissent un succès fou Outre-Manche….
Personnage excentrique et très généreux, cette dame adôôôre « le Frââânce » a toujours des idées inattendues et, pour l’aider  à les concrétiser, va prendre l’habitude de s’adresser à moi et à ce qui est en train de devenir notre petite Agence d’Aventuriers.
Chacune de ses demandes ouvre les portes d’un nouveau scénario…
Cerise sur le gâteau, à chaque étape de nos réalisations, j’appelle Melle Peabody qui nous parle en direct.
Evidemment, c’est moi qui incarne le personnage, en prenant un petit accent anglais « delicious » et en changeant de personnalité.
Dans les deux ateliers, les enfants étaient tellement captivés par le personnage qu’ils ont complètement oublié que c’était moi qu’ils avaient devant eux.
Ils me tutoyaient lorsque j’étais Martine, et me vouvoyaient lorsque je devenais Agatha.
Ce qui a donné lieu à des scènes d’une drôlerie irrésistible…

Suite au prochain numéro!

MP

Cette semaine signait la fin de ce double cycle d’ateliers d’écriture  pour enfants avant le début des vacances scolaires.
Mardi soir, les enfants du premier centre périscolaire ont été particulièrement touchants. 
Très impliqués dans les dernières mésaventures que je leur ai proposées, puis dans la mini cérémonie de remise des certificats, ils ont beaucoup insisté pour que je revienne, redemandant ma présence à Nadine, la directrice des lieux, ce qui m’a évidemment fait chaud au coeur.
Mais la surprise la plus touchante est venue de Lilou, 6 ans, qui a décidé de faire mon portrait, à découvrir ci-dessus.
Elle n’a rien oublié, y compris le  masque qu’elle a placé dans ma main!
Je garderai précieusement ce dessin!
Oui, oui, je sais: il m’avantage sérieusement…

Martine Péters

Depuis un peu plus d’un an, avec les membres de mon petit comité de rédaction, nous cherchions à ouvrir les pages du bulletin communal aux jeunes.
Pour cela, il nous fallait trouver un ou une ado d’accord de nous rejoindre pour aborder des thèmes intéressants ce public plus spécifique.
Les annonces lancées dans le bulletin étaient restées lettres mortes.
Et puis, cet été, le fils de 9 ans de l’une de mes complices de comité de rédaction est venu suivre quelques ateliers d’écriture de vacances.
Un jour, l’un de ses grands frères est venu le mener et le rechercher.
Il n’était pas venu les mains vides: il m’apportait un délicieux gâteau qu’il avait confectionné lui-même.
Nous en avons dégusté un morceau tous les trois, tout en parlant.
C’est ainsi que Clément, 17 ans, est devenu notre première jeune recrue.
Le soir même, il assistait en observateur à notre séance de rédaction et à l’agape qui a suivi… acceptant ensuite d’intégrer notre équipe.
La semaine dernière, sa maman m’a envoyé le premier article qu’il a signé.
J’étais curieuse d’en découvrir  le thème et son contenu…
Je n’ai pas été déçue.
Je me suis contentée de quelques corrections, et j’ai intégré l’article dans la maquette du prochain bulletin, très fière de notre benjamin.
Cette nouveauté et cette ouverture à la jeunesse dans cette petite publication est très symbolique.
Au fil du temps, j’espère que d’autres auront envie de s’y exprimer…

Martine Péters