mai 2019
L M M J V S D
« Avr    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Ce printemps est très différent de celui de l’an dernier.
Il est plus frais, et nettement plus arrosé.
A tel point que les apiculteurs sont obligés de nourrir les abeilles qui ne trouvent pas suffisamment de fleurs pour fabriquer leur miel.
Les poules subissent les jours humides et Pomme ne sort qu’après avoir mûrement réfléchi.
Et pourtant…
Après la pluie, dès que le soleil revient, je fais le tour de la roseraie, et ce que je vois m’enchante.
Des dizaines et des dizaines de boutons  apparaissent sur les rosiers, promettant une quantité énorme de fleurs à venir… si tout va bien.
Les pivoines sont écloses et rayonnent, les lupins s’épanouissent, tout comme les oeillets et les pâquerettes roses qui forment une colonie de petits pompons.
Nous avons déjà profité des tulipes, des jonquilles, des narcisses et des jacinthes.
J’attends donc l’apparition des stars du jardin…
Si chaque bouton de rose s’ouvre à maturité, ce sera une merveille, tant pour les yeux que pour l’odorat…

Martine Péters


Dimanche, un couple de nos amis sont venus passer l’après-midi avec nous.
Lorsque nous nous sommes installés en Franche-Comté, en été 2017, et que j’ai fait leur connaissance, j’ai appris que Jeannot traversait un épisode de calculs rénaux qui risquait de se terminer par une opération.
Je lui ai donc parlé de ce que m’avait conseillé un urologue français par le passé: boire du Vichy Célestin.
Je n’avais pas pris la chose très au sérieux, mais, des années plus tard, cette option m’avait tirée d’un très mauvais pas et m’avait permis d’éviter moi aussi une enième opération, nettoyant complètement mes reins au passage.
L’urologue que je consulte ici avait confirmé les bienfaits de cette eau et m’avait conseillé de continuer à en boire, m’expliquant que tant que je le ferais et que je prendrais  un certain médicament (qui est en fait un complément alimentaire), j’aurais toutes les chances d’être à l’abri de ce genre de problème.
Quand j’ai expliqué la chose à Jeannot, il n’était pas tout à fait convaincu mais a essayé.
Et… ça a a fonctionné pour lui aussi.
Dimanche, il nous disait: « Si je n’avais pas eu cette eau, j’aurais dû aller à l’hôpital… »
J’en parle ici pour la deuxième fois, car je me dis que si cette méthode, prescrite par la médecine, peut venir en aide à d’autres personnes qui passent par Ecriplume, l’information doit être divulguée…

Martine Péters

Je suis bien placée pour savoir qu’un deuil dure longtemps.
J’en ai vécu beaucoup, et ça n’a jamais été facile.
Celui que je vis en ce moment n’est pas plus simple que les précédents.
Car c’est le deuil d’un être aimé, de notre histoire commune, de notre enfance, que je dois faire.
Il n’y a pas un jour qui se passe sans que je pense à ma chère Dame de Chiboz qui, à trois reprises, a vécu la perte d’un frère ou d’une soeur.
Ou de mon amie belge qui a perdu sa soeur dans des conditions tragiques il y a longtemps,  mais qui en souffre encore.
Ce sont des pertes très douloureuses…

*****

Comme si elle me poussait à rester debout, la nature m’offre un spectacle quotidien réconfortant… même sous la pluie.
Les pivoines commencent à fleurir, tous mes rosiers ou presque sont en boutons, l’aubépine rose d’Adèle, la grand-mère de mon Capitaine, est en fleurs.
Comme chaque année à pareille époque, il en a fait un bouquet qu’il est allé déposer sur sa tombe.
Un trait-d’union entre les deux mondes…

Martine Péters