novembre 2021
L M M J V S D
« Oct    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Catégories

Catégories

La semaine dernière, mon fils, apprenant que j’aime beaucoup le gâteau aux noix des Grisons, m’a proposé de m’en faire un et de me l’apporter.
J’ai accepté, bien sûr et, il a dédié le jeudi soir précédent son départ à confectionner le dessert en question, m’envoyant des photos à chaque étape.
Je me réjouissais de le découvrir, très touchée par le temps qu’il consacrait à me faire ce plaisir alors qu’il avait derrière lui une grosse journée de travail.
Sachant la difficulté que représente la réalisation d’une telle pâtisserie, je ne m’attendais évidemment pas à quelque chose de parfait, mais là n’était pas  l’important.
Le lendemain, alors que la nuit est tombée depuis longtemps, nos deux visiteurs arrivent, valise dans une main et gâteau dans l’autre.
Et Sébastien dévoile une tourte magnifiquement décorée…
Après le repas, nous attaquons cette petite merveille et… j’ai eu la surprise du siècle.
Alors que la pâte aurait pu être très lourde, que le mélange aurait pu être trop sucré, qu’il y aurait eu toute une série d’écueils possibles, ce gâteau était une véritable réussite, digne de figurer à l’étalage d’une bonne pâtisserie.
Et croyez-moi, ma déclaration n’a rien à voir avec mon amour maternel!
J’étais sidérée!
Je ne connaissais pas ce don à mon fiston qui m’a expliqué avoir beaucoup travaillé sur cette recette jusqu’à obtenir le bon résultat.
Dans sa profession d’éducateur spécialisé, il fait régulièrement de la pâtisserie avec ses pensionnaires, ce qui lui a permis de développer un goût et un vrai talent pour cette activité.
Lorsque la fin du week-end est arrivée, il a repris la route avec son bonhommet, nous confiant que le gâteau conservé au frais aurait une durée de vie d’une semaine.
Chaque jour, donc, j’ai savouré un petit morceau de ce délice aux noix…
Lorsque Sébastien m’a demandé ce qu’il pourrait apporter pour le dessert de Noël, ma réponse a, dans un premier temps, été celle que je faisais jusqu’ici quand il me posait la même question: une Forêt-Noire de la Migros, tandis que je me chargeais du vacherin glacé aux framboises pour les convives qui aiment la glace.
Sauf que, en y réfléchissant mieux, j’ai revu ma déclaration…
– Dis, je sais que tu n’auras certainement ni le temps ni l’envie de te lancer dans une telle réalisation à cette période, mais je voulais te dire que le gâteau que je préfère désormais est TON gâteau des Grisons. Voilà.
Réponse à mon SMS:
– Pour faire court: je fais volontiers un gâteau aux noix!
Alléluia!

MP

J’étais dans mon bureau lorsque je vois Kali arriver vers Pomme avec la balle en peluche préférée de cette dernière.
Elle la tient dans sa gueule, se glisse à côté de Pomme qui est dans son panier, se dresse  façon à avoir la bouche juste au-dessus de l’auguste crâne de mon grand Mogwaï et… elle lui assène un petit coup sur la tête avec ladite balle!
Ahurie, Pomme la regarde tandis que j’interviens:
– Mais Kali? Qu’est-ce que tu fais?!

Mini Mogwaï me regarde d’un air innocent, remue la queue et, voyant que je détourne le regard, se remet en position et  paf, reproduit exactement le même scénario.
La scène est irrésistible de drôlerie…
Cette fois, Pomme réagit: elle attrape elle aussi la balle et tire de son côté tandis que Kali ne lâche pas son trophée.
Elles ont joué ainsi pendant de longues minutes, tirant, grognant, se poursuivant dans toutes les pièces…
Kalinette a eu le résultat qu’elle espérait… et stimule Pomme d’une manière que je n’aurais jamais osé espérer!

Martine Péters  

Mardi.
J’avais terminé mon travail de la journée et je soufflais un peu avant de partir pour mon atelier du soir lorsque mon téléphone a sonné.
La jeune femme qui organise les plannings des ateliers m’appelait pour me faire une proposition: serais-je d’accord de prendre en charge un atelier un peu spécial?
Il s’agirait d’accompagner des enfants participant à un concours départemental en créant un petit journal sur un thème donné.
Je l’ai écoutée, j’ai rapidement réfléchi… et j’ai accepté. 
Cela me demandera un investissement personnel  différent et plus intense, mais la réunion prévue avec les différents protagonistes du projet me permettra d’en parler et d’en savoir plus.
L’idée est belle…
Dès janvier donc, et pour trois mois, je me rendrai  dans un périscolaire qui m’est pour le moment inconnu, et je découvrirai des enfants qui ne me connaissent pas… en espérant qu’ils seront enthousiastes à l’idée de partir dans ce projet en ma compagnie…

Martine Péters