septembre 2017
L Ma Me J V S D
« août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Catégories

Activités en famille

Ici le capitaine qui vous informe qu’il n’y aura pas d’article ce jour de la main de Martine, elle est en observation à l’hôpital du Chablais. Rien de grave et nous vous demandons de faire preuve d’un peu de patience!

Peut-être l’avez-vous lu, vous aussi: un Château d’Yquem  a été vendu 75.000 livres (85.000 euros) mardi à Londres.

Non, un Château d’Yquem n’est pas un coquet petit manoir.
C’est un vin blanc de Bordeaux.
Du coup, la bouteille qui est devenue,  la plus chère bouteille de blanc jamais vendue, va se retrouver dans le livre Guinness des records.

Mais qu’a-t-elle donc, cette bouteille, pour être aussi chère?
C’est un Sauternes de deux cents ans.
De 1811, précisément.
Et qui donc a mis une telle somme pour l’acquérir, penses-vous?
Christian Vanneque, ancien sommelier en chef de La Tour d’Argent, à Paris.
Il l’a acheté pour sa collection privée en expliquant que « C’est un vin rare, qui a été goûté à trois occasions et qui a reçu à chaque fois les cinq étoiles possibles ».
Inutile de préciser que la bouteille va avoir droit à un régime particulier.
Elle sera exposée dans une vitrine blindée, dont la température et l’hygrométrie seront contrôlées, pendant six ans, dans le restaurant du collectionneur, le SIP Sunset Grill, à Bali, en Indonésie.

Il a encore précisé: »Je l’ouvrirai dans six ans pour fêter le 50e anniversaire de la date à laquelle j’ai commencé à travailler à Paris et je le boirai avec ma femme, mes frères et des amis. Je connais déjà le menu qui l’accompagnera »..

Voilà voilà…
Il est clair que ce ne sera pas un sandwich.
Martine Bernier

Yann dit :

Oui pas mal mais j aurai du le laisser encore une petite année avant de le gouter!

Dominique Rougier dit :

Quoique, avec un Sauternes on peut se permettre un sandwich au foie gras .Je ne bois pas d’alcool et j’aime bien les canards ,mais là si Mr Vanneque m’invite ,je ferai une entorse ! :) )

Mes soucis de santé étant ce qu’ils sont, je ne peux pas manger n’importe quoi.
Parmi les innombrables aliments rayés de la liste: le saucisson, trop salé.
Or, j’aime le saucisson, et notamment la saucisse d’Ardèche.
Je m’autorise donc parfois une entorse à ce régime sévère.
Oui, je sais, c’est mal.

Depuis un bon mois, un saucisson sec trône dans la cuisine, emballé dans son sachet d’origine.
Tous les trois ou quatre jours, hors des regards indiscrets, j’en coupe un petit morceau dont je me délecte, savourant autant le saucisson en question que l’image alléchante du fruit défendu.
Ce samedi, nos horaires de repas ont été très décalés.
Le soir, tard, nous avons donc décidé de dîner de fruits.
A la fin du repas, j’ai avoué que j’allais me couper un morceau de saucisson.
Sérieux comme un pape, Celui qui m’accompagne a soupiré, légèrement froncé les sourcils, et s’est levé tranquillement en disant: « Je préfère ne pas voir cela… »
Comme il quittait la pièce, je me suis dirigée vers le paquet, l’ai ouvert et… j’ai découvert qu’à la place du saucisson convoité se trouvait un leurre!!!
Une saucisse de papier soigneusement ajustée à la forme de l’aliment disparu.
J’ai eu une vague de fou rire, aggravée par le fait que j’entendais glousser au salon.
J’ai été rejoindre Celui qui m’accompagne et nous avons partagé un gigantesque éclat de rire.
Une courte séance de torture m’a permis de lui faire avouer où se trouvait mon saucisson kidnappé.

L’un de mes amis me demandait aujourd’hui comment allait mon moral.
Lorsque l’on vit avec quelqu’un qui arrive à introduire de la drôlerie inattendue dans le quotidien, le moral va plutôt bien!

Martine Bernie

TH* dit :

C’est bien lui pour faire des tours pareils !!!!!!!Bonne journée Mme Bernie