décembre 2017
L Ma Me J V S D
« nov    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories

BD

modeste-pompon

Quand mon Capitaine m’a offert un album de « Modeste et Pompon », paru en suite logique de la collection d’albums de Franquin qu’il me constitue depuis plusieurs mois, j’ai eu l’impression de faire un bond dans le passé.
Modeste et Pompon…

Ils sont nés avant ma naissance, en 1955, de la plume de Franquin et ont été servis par des scénaristes aussi prestigieux que Goscinny; Greg ou Peyo avant d’être repris par Dino Attanasio lorsque Franquin a quitté le journal de Tintin.
Je me suis replongée avec délices dans cette BD typique des années 50, douce, sans violence, bienveillante, bon enfant…
Pompon et Modeste y sont fiancés… même si je me suis longtemps demandé s’ils n’étaient pas simplement amis ou cousins étant donné leur relation plus que platonique.
Autour d’eux gravitent des personnages savoureux: Félix, l’ami de Modeste, qui fourmille d’idées souvent mauvaises et passe le plus clair de son temps à tenter de vendre tout et n’importe quoi à son ami; les trois neveux de Félix, turbulents et aussi imaginatifs que leur oncle; et des voisins difficilement supportables, dont un est le portrait craché de son cousin, M. Boulier, que l’on retrouve dans Gaston Lagaffe.
Au milieu de tout cela, Modeste, assez satisfait de lui-même, plutôt maladroit mais du genre gentil garçon, mène une vie tranquille en fréquentant assidûment Pompon, réunissant en elle toutes les qualités dont un homme semble pouvoir rêver… ou presque.

En revenant avec le troisième album, il y a quelques jours, mon Capitaine m’a dit qu’une autre personne que lui a demandé à ce que lui soit mise de côté la collection complète.
Nous sommes au moins deux sur la région à avoir été bercés par ces personnages et ces séries cultes des années 50.
Et vous? Cela vous parle?

 

Martine Bernier

 

 

André Franquin

André Franquin

Grâce à mon Capitaine, je relis en ce moment les albums de Franquin intitulés les Idées Noires.
Quand j’étais enfant et que j’ai découvert son merveilleux Gaston Lagaffe, j’étais trop jeune pour  être vraiment réceptive à cette autre facette de son talent.
En 1977 ses premières Idées Noires sont paraît-il, apparu dans un supplément  du Journal de Spirou: Le Trombone Illustré avant de se retrouver dans Fluide Glacial.
Les-idees-noirs-pale-capitaine-et-peine-capitale
Pour ma part, il aura donc fallu que j’attende d’avoir mon âge pour pouvoir me replonger dans ces planches où il passe à la moulinette tout ce qui l’interpelle.
Tout le monde ou presque en prend pour son matricule, des marchands aux militaires en passant par les chasseurs, les industriels, les technocrates, la tauromachie, l’écologie, la déprime, etc.
Tout est travaillé en noir, et le contenu de ces séries de gags est d’une profondeur que je redécouvre avec délice.
C’est drôle, bien sûr, mais grinçant, morbide.
J’adore…
Il devait être très sensible, ce formidable dessinateur…

Tiens, puisque j’en suis à parler BD…
En début de semaine, j’ai reçu en envoi publicitaire un exemplaire amaigri du Journal de Spirou.

Et hop, je me suis retrouvée propulsée dans mes jeunes années, lorsque je courrais chez le marchand de journaux pour l’acheter ou prendre un Tintin dès que j’avais deux ou trois sous.
J’ai lu entièrement le magazine, et j’ai pris ma décision: j’y ai abonné l’aîné de mes petits-fils, Kim.tbI9noJ
C’est à son tour de pénétrer dans cet univers si particulier…
J’ai juste ménagé une petite niche à l’incorrigible nana que je suis: le magazine fera un crochet par chez moi avant qu’il ne soit remis à son petit destinataire.
Juste pour me découvrir les jeunes plumes avant de le lui offrir!
On ne se refait pas…

Martine Bernier

hors-serie-geo-special-asterix-octobre-novembre-2015

Je ne vous apprends rien en vous disant que sort en ce moment le nouvel album d’Astérix: « Le papyrus de César ».
En revanche peut-être ne savez-vous pas que GEO sort l’un de ces excellents hors-séries dont la rédaction a le secret: « Astérix: l’histoire de la Gaule vue par nos héros ».

Ses concepteurs ont choisi d’en savoir plus sur ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas dans les scénarios de chaque album, mêlant habilement textes, interviews, photos et extraits des BD.
C’est passionnant…Capture-decran-2015-10-23-a-11
Toutes les questions qu’entraînent la lecture de ces livres ou le visionnage des films ou dessins animés trouvent leurs réponses.
Et l’on découvre que Goscinny et Uderzo ont mené derrière chaque scénario un important travail de documentalistes.
J’ai lu, que dis-je: j’ai dévoré ce hors-série.
Je suis désormais prête à m’attaquer au 36e opus en date d’Astérix, placé pour la première fois sous l’égide de Didier Conrad et Jean-Yves Ferri, avec la bénédiction d’Uderzo.

Martine Bernier