juillet 2018
L Ma Me J V S D
« juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Catégories

Brico

Mardi.
Le week-end de Pâques est passé, et notre région est une fois de plus miraculeusement épargnée par le mauvais temps.
20° dans la véranda l’après-midi: je n’avais aucune excuse, l’heure était venu de terminer la peinture de notre vieux meuble, commencer la semaine dernière.
Mon Capitaine m’a mis le meuble à mon niveau pour qu’il me soit plus facile de peindre la partie basse… et, en moins de deux heures,  j’avais terminé ce qu’il restait à faire.
Ne manquent plus que de nouvelles poignées que nous allons nous procurer dans un magasin tout proche et « l’Oeuvre » trouvera sa place dans la cuisine.

Enfin… quand j’aurai terminé les finitions: mon Capitaine m’a signalé que j’ai oublié de  m’occuper des pieds du meuble. Hum… je n’avais même pas vu qu’il en avait!

J’ai lu dernièrement que s’adonner au Do it Yourself (DIY) est très positif pour la santé physique et morale.
Selon cet article, il  représente une tentative de sauvegarder notre singularité et notre originalité, est excellent pour l’estime de soi et permet de se donner bonne conscience puisque nous recyclons au lieu de jeter.
Voilà voilà.
J’ajouterai que la montre connectée que je porte au poignet m’a adressé ses félicitations pour avoir fait exploser le nombre de pas effectués dans la journée grâce à cette activité qui, en prime, toujours selon ma montre, a engendré 27 minutes de sport pratiqué à un rythme soutenu.
Ca alors!!!
Un miracle!
J’ai bien dit miracle et non pas coïncidence puisque les deux séances qui m’ont été nécessaires pour peindre ce meuble ont toutes deux été saluées de la même façon ou presque.
Ne le dites pas à mon Capitaine qui a largement grogné en préparant mon chantier, mais j’arpente la maison en regardant nos meubles d’un oeil intéressé… histoire de voir si je pourrais encore déclencher l’admiration de ma montre dans un futur proche!

Martine Bernier

Samedi.
Alors que la météo nous montre la carte d’une France marquée par les intempéries, et que la Dame de Chiboz me dit, preuve à l’appui, qu’elle s’est une fois encore réveillée sous la neige, notre région est miraculeusement épargnée.
Un petit soleil pâle et timide nous accompagne durant la matinée.
A tel point que, alors que, dans la véranda m’attend le meuble que je me suis promis de repeindre, installé sur un sol préparé pour recevoir mes travaux, je me promets de m’y attaquer si la température de la pièce atteint 16°.
En début d’après-midi, bingo: le thermomètre se hisse à bon port alors que le soleil se fait de plus en plus chaud.
J’enfile mes vêtements « de bricolage », puis direction mon bureau, Pomme sur mes talons, pour prendre un pot de peinture blanche et mes pinceaux.
De retour dans la véranda, je m’attaque à ce meuble en bois qui a très mal vieilli… et que je trouve très laid.
Pendant plusieurs heures, alors que mon Capitaine travaillait au jardin, j’ai appliqué les deux premières couches de peinture.
L’une des fenêtres de la véranda était ouverte et Pomme, étendue sur la pierre qui se réchauffait, profitait de cette place de choix pour surveiller à la fois mon Capitaine et moi.
J’étais là, en pleine lumière, sous un ciel bleu, à donner une deuxième jeunesse à mon meuble volontaire désigné, tout en écoutant les oiseaux chanter.
Ce moment est l’un de ceux que je ne veux pas oublier: encore un petit aperçu du paradis…

En fin de journée, mon Capitaine est venu prendre le café dans la véranda et a apprécié l’avancement de l’ouvrage.
Quant à moi, je suis plutôt contente…
Encore une après-midi de travail et le meuble sera opérationnel.
Il trouvera sa place dans notre cuisine, à deux pas de son cousin retapé lui aussi par mes soins voici quelques mois.
J’adore!

Martine Bernier

Parmi les multiples trésors que recèle le jardin se trouvent deux massifs de lavande.
Visiblement, le climat de la région leur plaît: lorsque nous sommes arrivés, les tiges ployaient sous le poids des fleurs.
En pleine canicule, alors que nous n’avions pas terminé de rentrer tous les cartons, mon Capitaine a empoigné un sécateur et a coupé la lavande qu’il a mise à sécher.
Il espérait que je m’en serve pour la confection de sachets en tissu permettant de parfumer le linge.
Hier, profitant d’une plage de temps paisible, j’ai emporté le panier dans mon atelier couture, et j’ai cousu le premier sachet.
Mais il n’était pas question d’y glisser la lavande avec ses tiges.
Je me suis donc attelée à une tâche que je n’avais jamais effectuée jusqu’alors: j’ai égrainé la lavande.
Oui, je sais: vous allez me dire que, pour que cela aille plus vite, il aurait suffi que je les glisse dans le sachet et que je frotte les brins entre eux à travers la toile.
Mais ça n’aurait pas été aussi bien fait et… j’ai aimé libérer les grains brin après brin.
Après quelques secondes à peine, toute la pièce était baignée de ce parfum de l’été…
Comme il y en a beaucoup et que l’activité prend beaucoup de temps, je n’ai réussi pour l’instant qu’à remplir un sachet et demi.
Aucune importance: je me réjouis de continuer.
Et j’ai très envie, pour l’an prochain de m’essayer à réaliser des fuseaux de lavande.
Un couple de mes amis en font régulièrement et l’originalité de l’objet me plaît…
Si vous ne connaissez pas la méthode, je vous propose de la découvrir avec ce tutoriel.
La personne qui confectionne le fuseau commence la pose du ruban dans un verre. D’autres le font entièrement à la main, mais cette méthode semble garantir un départ régulier.
Et le résultat final change des traditionnels sachets!
Martine Bernier